/news/homepage

Mulcair voulait un poste important chez les conservateurs

Politique

Tout électeur canadien s'entend pour dire que le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti conservateur du Canada (PCC) n'ont pas les mêmes vues politiques. Or, le député néo-démocrate d'Outremont, Thomas Mulcair, a déjà flirté avec le bleu avant de virer à l'oranger.

Lorsqu'il a claqué la porte du gouvernement Charest en 2006, M. Mulcair a été courtisé par quelques partis fédéraux, dont les conservateurs. À ce moment, il l'avait lui-même évoqué sur la place publique.

Or, on apprend aujourd'hui que les discussions sont allées plutôt loin avec le parti de Stephen Harper. Des sources proches du PCC rapportent que dans l'éventualité où il se serait joint à ce parti, Thomas Mulcair serait devenu ministre responsable de la région de Montréal. Ce dernier aurait toutefois exigé un poste plus important, ce qui serait à l'origine de l'échec des discussions.

Présent à la réunion du conseil fédéral du NPD ce matin, M. Mulcair a évité les journalistes et a refusé d'accorder une entrevue à TVA Nouvelles. Sa porte-parole s'est contentée d'affirmer que les conservateurs ont approché Thomas Mulcair pour redorer leur blason en environnement sans toutefois nier qu'il y ait eu des négociations qui sont allées assez loin.

De son côté, la chef intérimaire du NPD, Nycole Turmel, ne semble pas préoccupée de savoir que le député d'Outremont ait déjà songé à défendre les couleurs d'un autre parti dont les valeurs sont si éloignées de celles des néo-démocrates.

«M. Mulcair a choisi de venir avec nous. Vous voyez son rôle en Chambre, vous voyez son rôle partout. M. Mulcair fait un excellent travail», a-t-elle affirmé.

Même son de cloche chez le président du parti, Brian Topp. «Je ne sais pas ce qui s'est passé; je n'étais pas dans cette Chambre. Personne ne m'a jamais parlé de ça. Tout ce que je peux dire, c'est que je peux regarder ce qui est arrivé vraiment. Alors, dans les faits, ce qui est arrivé, c'est que Thomas Mulcair a choisi de devenir néo-démocrate dans le temps où il n'y avait pas un élu au Québec!»

Peter Julian, député vétéran du NPD, est quant à lui plus catégorique et croit ni plus ni moins qu'il s'agit d'une tentative conservatrice de miner la crédibilité de Thomas Mulcair.

«Ce que je trouve troublant, c'est que les conservateurs persistent dans leur façon basse de faire de la politique. Ça, ce n'est pas une façon de gouverner.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.