/news/homepage

Un privilège pour Ferrandez ?

Changements à la circulation

Le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, habite sur une rue qui deviendra plus paisible grâce aux nouvelles entraves à la circulation automobile qu'il a annoncées la semaine dernière. Mais plusieurs de ses voisins jugent qu'il sera trop difficile de se rendre chez eux en voiture.

Une quinzaine de mesures ont été instaurées dans le but de forcer les automobilistes banlieusards à emprunter les artères principales comme Papineau et Saint-Laurent, plutôt que les petites rues résidentielles, lorsqu'ils traversent le Plateau.

Sur la rue de Lanaudière, notamment, un changement de direction entre Gilford et Saint-Joseph fait que les automobilistes qui se dirigent vers le nord ne pourront plus l'emprunter sur toute sa longueur.

500 voitures de moins vont y passer chaque jour, d'après les estimations de l'arrondissement.

Luc Ferrandez, un adepte des transports actifs comme la marche et le vélo, habite lui-même sur cette rue. Mais d'autres gens du quartier, qui préfèrent l'automobile comme moyen de déplacement, pestent déjà contre les acrobaties qu'ils devront faire pour accéder à leur domicile.

«À partir de Saint-Joseph, si je veux rentrer chez moi, je vais être obligé de faire un long détour par Papineau», soupire Arlindo Da Eira, qui habite dans le même quartier, au coin des rues Gilford et Garnier.

Pas de traitement de faveur

Gilles Bonvallé, qui habite aussi le secteur, trouve de son côté que les nouveaux bollards et les panneaux qui ont été installés dans les derniers jours défigurent le quartier.

«C'est très mal fait au niveau de la signalisation. Les panneaux ont été plantés au beau milieu de la rue. Je trouve ça laid», estime-t-il.

Selon Catherine Maurice, porte-parole de Projet Montréal, le maire Ferrandez n'a eu droit à aucun traitement de faveur.

«Le changement a été fait dans le but premier de réduire le volume de circulation autour de l'école primaire Paul Bruchési», explique-t-elle.

«Il n'y a rien qui a été fait sur de Lanaudière qui ne sera pas fait dans les autres rues résidentielles. Le maire a pris l'engagement de prendre des mesures pour qu'il n'y ait pas plus que 1200 à 1300 autos par jour dans toutes les rues résidentielles», précise la porte-parole.

* * *

«J'AI UNE POPULATION À DÉFENDRE»

Bien conscient que les nouvelles mesures de réduction de la circulation dans les rues résidentielles ne plaisent pas à tout le monde, le maire Luc Ferrandez a publié sur son site Web quatre vidéos, cette semaine, où il défend sa position. Voici quelques extraits de son argumentaire :

«J'ai une population à défendre, à protéger. On ne va pas accepter que parce que des gens (en voiture) font des «S» rapidement autour d'une école, il y ait un enfant par année qui se fasse blesser.»

«On n'empêche pas les voitures de passer. On les empêche juste de passer sur les rues résidentielles.»

«On ajoute 10 minutes à l'heure de pointe. C'est loin d'être la catastrophe, comme on a connu cet été.» «Certains commerces de destination peuvent peut-être ressentir un peu des effets de la congestion liée aux travaux et à nos changements.»

«En attendant que le ministère (des Transports) trouve une solution, nous, il faut qu'on mette des verrous pour que les gens arrêtent de passer sur les rues résidentielles, alors on est passé à l'action.»

«Je voulais qu'on établisse un dialogue plus constructif que ce qu'il y a eu au printemps. (...) Les écolos traitaient les gens qui se promènent en voiture de préhistoriques, et les gens qui se promènent en auto disaient que le Plateau, c'est des snobs.»

* * *

500 000 des 630 000 voitures qui circulent chaque jour sur le Plateau le traversent sans s'y arrêter.

* * *

30,4 piétons ou cyclistes par kilomètre carré sont blessés dans un accident chaque année, sur le Plateau. C'est le plus haut taux à Montréal.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.