/news/homepage

Faux départ pour Hydro-Québec

4300 compteurs défectueux

EXCLUSIF - Les nouveaux compteurs électriques d'Hydro-Québec, fabriqués en Europe et assemblés au Mexique, seront-ils efficaces?

On peut se poser la question, car environ 4300 compteurs qui devaient être installés à Montréal dans le cadre d'un projet-pilote ont été retournés au Mexique il y a quelques semaines parce que certains ne répondaient pas aux normes d'Hydro-Québec, a appris Argent.

Cela correspond à 15% des 27 000 compteurs qui devaient être mis en fonction à Villeray, à Boucherville et dans la MRC de Memphrémagog, avant le possible déploiement et l'implantation de cette technologie dans l'ensemble du Québec.

Hydro-Québec avait confirmé l'information une journée après avoir nié avoir retourné des compteurs « pour cause de défectuosité». Et dans une nouvelle réponse envoyée mercredi, la société d'État affirme qu'« un lot de 4266 compteurs a été retourné (...), car deux compteurs ne respectaient pas les standards de qualité requis lors de tests effectués par Hydro-Québec», qui assure que «tous les autres compteurs étaient conformes».

C'est le fabricant suisse qui a payé cette opération, a aussi indiqué la société d'État.

Les compteurs retournés ont été depuis renvoyés vers le Québec et cela ne devrait pas changer l'échéancier d'installation dans le quartier Villeray. Selon nos sources, environ 1500 compteurs auraient même déjà été posés depuis le début du projet.

«Nous sommes surpris d'apprendre cela, surtout qu'Hydro a toujours prétendu que les compteurs étaient aussi fiables que ceux que nous avons présentement», a commenté la présidente du syndicat des employés techniques d'Hydro-Québec, Ginette Paul.

Des compteurs controversés

Les nouveaux compteurs électriques d'Hydro-Québec ont fait couler beaucoup d'encre parce que le contrat de fabrication avait été accordé à deux entreprises européennes, Landis Gyr et Elster, pour un montant évalué à 350 millions$ par Hydro-Québec.

Deux fabricants technologiques, Trilliant et Varitron, situés au Québec et qui formaient un partenariat avec GE, avaient été écartés par Hydro-Québec lors de l'appel d'offres alors que les deux sociétés québécoises affirmaient qu'elles allaient créer plus de 500 emplois dans la province.

Landis Gyr, qui n'a pas d'employés au Canada pour le moment, doit établir un «centre d'excellence» dans la région de Montréal, qui devrait créer 75 emplois, selon ce qui avait été annoncé lors d'une conférence de presse conjointe avec Hydro-Québec.

Mais la mise en place de ces compteurs électroniques intelligents, environ 800 postes de releveurs seront abolis sur une période de cinq ans entre 2012 et 2017. Le syndicat dénonce depuis ce projet qui ne sera pas rentable selon eux.

«À ce moment-ci, ce n'est pas responsable de la part de la société d'État de changer nos compteurs par des nouveaux. Ce n'est pas économiquement viable pour le Québec», a souligné Mme Paul.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.