/news/homepage

Les enseignants sont inquiets

Amiante dans une école de Québec

Des enseignants de l'école primaire La Pléiade à Beauport s'interrogent sur la qualité de l'air à l'intérieur de l'établissement.

Construits en 1949, les plafonds de certaines salles de classe sont recouverts d'amiante chrysotile floqué. Un procédé d'application banni depuis 1990 au Québec, l'amiante étant jugé dangereux selon l'Institut national de santé publique.

Difficile de faire un lien mais, ici, les enseignants disent que les sinusites et les problèmes respiratoires sont monnaie courante.

«On aimerait ça qu'il y ait une étude là-dessus pour être sûrs qu'il n'y a pas d'impacts sur notre santé à nous», dit Virgine Dauphinais, une enseignante de l'école.

«Pour les élèves, peut-être que ça peut être plus délicat («touchy»), que c'est à long terme qu'ils vont développer quelque chose. On regarde l'amiantose, ça a pris des années et des années», renchérit Jean Nadeau, un autre enseignant.

Sur la foi d'une étude datant de 2005, la Commission scolaire des Premières-Seigneuries assure que la qualité de l'air est sécuritaire dans les locaux. Le Centre de santé et des services sociaux avait alors prélevé des échantillons de poussière pour constater qu'ils ne contenaient pas d'amiante. De plus, depuis ce temps, on effectue une tournée annuelle des locaux pour vérifier l'état de l'amiante.

Reste qu'il y a quand même certaines précautions à prendre, explique le directeur de la Commission, Jean-François Parent.

«On demande aux gens de ne pas toucher ces plafonds-là. Le problème avec l'amiante, ce n'est pas lorsqu'il se retrouve dans les plafonds etc. C'est lorsqu'il se désagrège.»

Mais, il y a 2 ans, les inquiétudes ont été ravivées dans l'école quand une infiltration d'eau a provoqué l'effondrement d'une portion du plafond dans une salle du cours de musique.

Selon des enseignants, les morceaux d'amiante seraient restés sur le plancher pendant trois jours en présence d'élèves. Mais la Commission scolaire dit que les élèves avaient été relocalisés.

À travers tout le Québec, on estime qu'environ 350 écoles contiennent toujours de l'amiante. L'amiante qui, à lui seul, est la cause du plus grand nombre de décès professionnels par maladie au Québec et au Canada.

La Commission scolaire des Premières-Seigneuries, de son côté, n'a aucun projet pour remplacer les plafonds couverts d'amiante dans ses écoles.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.