/news/homepage

50 000$ pour des faucons

Un nid sur l'échangeur Turcot

Transports Québec multiplie les interventions pour rendre sécuritaire l'échangeur Turcot à ses usagers... et aux animaux.

TVA Nouvelles a appris que Québec a dépensé 50 000$ pour ne pas perturber un couple de faucons pèlerins qui nichent sur l'échangeur Turcot, pendant les travaux qui ont touché le complexe. Le faucon pèlerin, un oiseau de proie, fait partie des espèces menacés.

Le ministère des Transports (MTQ) a accordé le contrat à la firme Services environnementaux Faucon en juin dernier. L'entreprise devait procéder à la relocalisation des œufs ou des fauconneaux à partir du site de nidification de l'échangeur Turcot, parce que les travaux du MTQ se tenaient à quelques mètres de l'endroit où nichent les faucons.

La compagnie n'a pas déplacé le nid, mais l'a plutôt surveillé durant quatre mois. «Plusieurs fois par semaine, jusqu'à trois fois par semaine, on a avait des blocs d'observation pour s'assurer que les travaux ne stressaient pas les faucons pèlerins», explique Pierre Molina, ornithologue et directeur de projets chez Services environnementaux Faucon.

La critique de l'ADQ en matière de Transports en perd son latin. «C'est cher payé pour une nounou pour des faucons sur l'échangeur Turcot. 50 000$, c'est presque le salaire moyen d'une famille de Québécois, annuellement», s'exclame la députée Sylvie Roy.

Algo et Poly construisent leur maison

Plusieurs mois après les travaux, les faucons pèlerins sont toujours là. Le couple formé par Algo et Poly, un faucon né en 2009 sur la tour de l'Université de Montréal, a décidé d'établir son nid dans l'échangeur, qui sera démoli dans cinq ans.

Sylvie Roy se demande ce qu'il faudra alors faire avec les faucons. «J'imagine qu'ils vont avoir besoin d'un autre habitat. Pourquoi ne pas les avoir déplacés plutôt que de les surveiller?» demande-t-elle.

Pierre Molina confirme que le déménagement du nid faisait partie des scénarios proposés. «On a conclu, avec les gens des Ressources naturelles et nous, que c'était mieux de les laisser là pour l'instant et de faire de l'observation, puis de voir aussi jusqu'où les faucons sont capables de tolérer la présence de l'humain», ajoute-t-il.

Lois de protection de la faune

Une somme de 100 000$ avait déjà été prévue dans le décret d'octobre 2010 pour la protection de la population de couleuvres brunes qui habitent près de l'échangeur Turcot.

Transports Québec rappelle qu'il est tenu de respecter les lois de protection de la faune.

Jusqu'à maintenant, 20 000$ ont été dépensés sur les 50 000$ prévus pour les faucons. D'autres interventions sont prévues d'ici la fin de 2012. Le nid pourrait notamment être déplacé au cours de la prochaine année.

On trouve des sites de nidification sur la plupart des ponts de la voie maritime.