/news/homepage

L'échiquier de la mafia encore une fois secoué

Meurtre de Salvatore Montagna

Dorothy Alexandre

Dossier du Journal de Montréal: «Parrain recherché» (septembre 2011)

Le meurtre du caïd de la mafia Salvatore Montagna survenu jeudi à Charlemagne, dans Lanaudière, vient une fois de plus brouiller les cartes en vue de la succession du parrain Nicolo Rizzuto, assassiné il y a un an dans sa luxueuse résidence de Cartierville.

«C'est quelqu'un de très important qui s'est fait tuer aujourd'hui», a souligné Daniel Renaud, reporter judiciaire au Journal de Montréal qui suit le dossier du crime organisé italien de près, ajoutant que la mort de l'homme de 39 ans, une étoile montante au sein du crime organisé, témoigne de l'instabilité qui règne au sein de la pègre italo-montréalaise.

Salvatore Montagna a été expulsé des États-Unis en avril 2009. Il a choisi de revenir à Montréal au lieu de la Sicile. (Crédit photo: Archives Agence QMI)

«On assiste vraiment à une période d'instabilité dans le milieu du crime organisé. Les meurtres se poursuivent, et la succession n'est pas réglée.»

C'est que depuis le retour en sol montréalais de Montagna, expulsé des États-Unis en avril 2009 en raison de son lourd dossier criminel, «l'élimination en règle du clan Rizzuto a débuté et, selon la police, Salvatore Montagna aurait joué un rôle dans la chute du clan Rizzuto au cours des deux dernières années», a expliqué Daniel Renaud.

Une série de meurtres

En effet, en août 2009, un proche de Vito Rizzuto, Frederico del Peschio, tombait sous les balles d'un tireur dans le stationnement de son restaurant montréalais. Ce trafiquant de drogue alors âgé de 59 ans était l'ex-codétenu et ami du parrain Rizzuto.

En décembre 2009, Nicolo Rizzuto Jr., fils de Vito et petit-fils du patriarche, était à son tour abattu à Montréal. Il était âgé de 42 ans.

Nicolo  Rizzuto Jr. a été assassiné en décembre 2009. (Crédit photo: Archives Agence QMI)

Quant à Paolo Renda, le beau-frère de Vito Rizzuto et consigliere du clan, il s'est volatilisé en mai 2010 alors qu'il était au volant de sa voiture. Son véhicule avait été retrouvé, les portières déverrouillées, les fenêtres baissées et la clé dans le contact. Toutefois, aucune trace de l'homme de 70 ans, laissant planer l'hypothèse d'un enlèvement.

Paolo Renda est porté disparu depuis mai 2010. (Crédit photo: Archives Agence QMI)

S'en sont suivis les meurtres en juin 2010 d'Agostino Cuntrera, 66 ans, et de son garde du corps âgé de 40 ans, Liborio Sciascia.

Agostino Cuntrera était l'un des pontes du clan Rizzuto. (Crédit photo: Archives Agence QMI)

Finalement, le 10 novembre 2010, le patriarche Nicolo Rizzuto subissait le même sort. L'homme de 86 ans était dans la cuisine de sa résidence lorsqu'il a été la cible d'un tireur, possiblement embusqué à l'extérieur.

Des dissensions au sein des alliés?

Selon le journaliste, Salvatore jouissait d'une influence grandissante au sein du milieu criminel italien. «Dès son arrivée à Montréal, Salvatore Montagna avait rencontré des gens d'affaires importants de la communauté italienne pour leur rappeler qu'ils n'avaient pas payé leurs dû depuis longtemps aux familles. Il avait également des liens avec New York, évidemment, mais aussi avec des familles de l'Ontario. Donc c'est quelqu'un qui a aussi des appuis», a expliqué Daniel Renaud.

Or, même si Salvatore Montagna était un nom qui revenait souvent comme un parrain potentiel, il semblerait que le mafioso n'avait pas les reins assez solides en sol montréalais puisqu'il avait établi ses bases aux États-Unis.

Le patriarche du clan Rizzuto. (Crédit photo: Reuters)

«C'est quelqu'un de l'extérieur qui, visiblement n'avait pas les assises assez fortes ici même s'il a des alliés importants», a poursuivi Daniel Renaud, faisant référence aux propos qu'il a recueillis des dizaines de sources policières depuis un an et demi.

Par conséquent, estime le journaliste, tout porterait à croire que «Montagna et d'autres individus avaient un but commun, soit celui de provoquer la chute des Rizzuto. Mais il semble qu'une fois cet objectif-là atteint, des divergences soient apparues envers les anciens alliés.»

Par ailleurs, il appert que le meurtre de Salvatore serait lié à la tentative de meurtre perpétrée contre l'homme d'affaires Reynald Desjardins, à Laval en septembre dernier.

Riposte

Depuis maintenant près de deux ans, une guerre ouverte bat son plein au sein de la pègre italienne et, selon Daniel Renaud, il ne faudrait pas se surprendre en cas de riposte à l'assassinat de Montagna. «C'est loi d'être terminé», a exprimé le journaliste.

Né en 1971 à Montréal, Salvatore Montagna a vécu une partie de sa jeunesse en Sicile, jusqu'à l'âge de 15 ans. Il a ensuite déménagé dans le New Jersey puis dans la ville de New York, où il a gravi les échelons du crime organisé.

Il y était propriétaire d'une entreprise dans le domaine de la métallurgie. Montagna est devenu chef intérimaire du clan Bonanno, à l'âge de 36 ans.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings