/news/homepage

L'intimidation pousse une ado au suicide

La mère se confie à Mon Topo

En Gaspésie, une adolescente, Marjorie Raymond, 15 ans, s'est suicidée lundi après des années d'intimidation à l'école.

La jeune fille fréquentait l'école Gabrielle-le-Courtois à Sainte-Anne-des-Monts après avoir fréquenté une école à Granby. Ses parents et Marjorie ont déménagé en Gaspésie, il y a trois ans et son intégration au secondaire a été difficile. Dès ses premiers jours en première secondaire, elle a été victime d'intimidation physique et verbale. L'intimidation a continué sans cesse, rendant la vie extrêmement difficile pour Marjorie.

Marjorie répétait souvent à ses parents qu'elle était à bout, incapable de poursuivre ses cours, craignant toujours le prochain incident. Elle a même échoué sa deuxième année au secondaire.

Photo: Facebook

Sa mère, Chantale, qui s'est confiée à Mon Topo, a raconté comment elle a parlé à plusieurs reprises avec la direction de l'école pour faire arrêter l'intimidation, mais à part de courtes suspensions pour certains élèves, rien n'a arrêté le calvaire de Marjorie. «Je lui avais promis de l'envoyer à l'école des adultes à 16 ans, mais elle n'a pas été capable d'attendre», raconte sa mère. Elle croit que la situation a été prise à la légère. «Ce n'était pas juste des gue-guerres de filles», estime-t-elle.

La commission scolaire des Chics-chocs n'a pas voulu commenter le suicide, mais confirme qu'une cellule de crise a été mise sur pied et des intervenants seront présents pour aider les jeunes et le personnel. La Sureté du Québec a confirmé que l'intimidation aurait pu contribuer au suicide de Marjori.

Lettre poignante

Lundi, Marjorie a mis fin à sa vie, laissant une lettre de trois pages, expliquant pourquoi ses années d'intimidation étaient à la base de son suicide. Dans la lettre où elle y a griffonné un coeur, elle a demandé pardon à ses parents. «Maman, je suis désolée de ce que j'ai fait. Tu es la meilleure maman au monde. Je vais être ton ange gardien. Ma place est en haut.»

«J'ai de la misère à quitter ce monde, mais je pense que ce sera pour un monde meilleur.»

«C'est la faute de la vie, des gens jaloux qui veulent gâcher notre bonheur», a-t-elle écrit.

Photo: Courtoisie

Sa mère espère maintenant que son message sera entendu et que les écoles et les commissions scolaires agissent avant qu'une autre tragédie se produise. «Il aurait fallu qu'il se passe de quoi, qu'ils fassent quelque chose. Ce n'est pas un coup que c'est fait...là, oui, ils vont agir...Je l'espère. Mais ça aura pris une tragédie pour qu'ils agissent», a affirmé sa mère.

Ne pas banaliser l'intimidation

Jasmin Roy est déconcerté d'entendre qu'une adolescente se soit enlevé la vie après de nombreux incidents d'intimidation. «Ça prouve qu'on manque de ressources, c'est un phénome très présent», selon Jasmin Roy, de la Fondation Jasmin Roy contre l'intimidation.

Il ajoute que près de 10% de la popultaion étudiante est victime d'intimidation chaque jour, et que de 30 à 60 % des jeunes vivent l'intimidation au moins une fois par année.

Une intervention rapide est nécessaire dans tous les cas, ajoute M. Roy. «Il ne faut pas banaliser ça, c'est sérieux».

«On sent que la direction a été interpellée, on a l'impression que les parents n'ont pas fait leur job. Mais, ils n'ont pas eu d'écoute.»

Vives réactions sur Facebook

À 21h, plus de 3000 personnes suivaient la page Facebook, «Une pensée pour Marjorie Raymond» et plusieurs y ont écrit des messages de sympathie. Plusieurs personnes se désolent que l'intimidation a poussé Marjorie à s'enlever la vie.

«Voilà où apporte l'intimidation... Je souhaite que CELLEs et CEUx qui ont fait tout ça réfléchirons à leurs gestes et paroles. Je souhaite à la famille et aux proches de Marjorie mes plus sincères condoléances... triste», écrit une internaute, Annie Pelletier.

«Que ce soit reconnu ou non, c'est un meurtre involontaire de la part des intimidateurs. Tant qu'à moi, des sanctions beaucoup plus graves devraient être implantées pour ces jeunes qui s'adonnent à ce genre de comportements», croit Vincent Francoeur.

«J'espère sincèrement que des mesures seront prises dans toutes les écoles afin de sensibiliser les jeunes face aux conséquences de l'intimidation. Déjà en première année ma fille a été taxée durant plusieurs semaines et il a fallu crier fort auprès de la direction pour que des mesures soient prises. Vraiment, je suis ébranlée par cette situation», raconte Nathalie Bolduc.

Pascale Legendre se demande quand le problème d'intimidation sera enfin pris au sérieux. «Un problème qui touche les jeunes et leurs familles mais aussi les commissions scolaires, qui, visiblement ne sont pas en mesure de stopper l'intimidation dans leurs propres écoles. Peut-être qu'un jour l'indignation sociale et humaine envers ce type de comportement aura atteint un niveau assez haut pour qu'on s'y attaque une fois pour toute.»

Julie Pringle écrit: «Ça me désole que notre monde soit si cruel... attendez pas qu'un autre enfant fasse la même chose pour agir... partagez cette page pour que les choses changent».

Annie Roy ajoute: «Ton message fait déjà du chemin Marjorie, tu nous laisses dans nos mains le pouvoir de changer les choses. On ne te connaissait pas mais maintenant tu es là dans nos coeurs pour combattre l'intimidation.»


 

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings