/news/homepage

Stéphane Gendron pris à partie par des manifestants

Huntingdon

Plus d'une vingtaine de personnes se sont réunies devant l'hôtel de ville de Huntingdon, en Montérégie, jeudi après-midi pour dénoncer les propos prononcés par le maire de la municipalité, Stéphane Gendron, à l'endroit de la communauté juive et de l'État d'Israël, dans le cadre de l'émission d'affaires publiques Face à face diffusée le 29 décembre sur V.

La manifestation, qui a duré plus d'une heure, a surtout rassemblé des membres des Amis Québécois d'Israël et du Jewish Defense League of Canada, venus de Montréal et aussi de Toronto. Certains d'entre eux portaient des pancartes pour bien passer leurs messages.

«Comme Québécois francophones, nous devons refuser que notre réputation soit salie ou souillée à cause de tels propos émis par M. Gendron. Nous ne voulions pas être identifiés à cette forme de haine», a indiqué Daniel Laprès, un Montréalais membre des Amis Québécois d'Israël présent sur place.

Dans un extrait de cette émission qu'il coanime quotidiennement avec Caroline Proulx, M. Gendron avait rendu hommage au député de Mercier et co-chef de Québec Solidaire, Amir Khadir, qui avait appuyé un boycottage d'une boutique montréalaise qui vend des chaussures produites en Israël.

Il avait fait allusion à la chute du régime politique pratiquant l'apartheid en Afrique du Sud tout en déclarant qu'Israël «ne s'est pas encore effondré».

«Les produits faits en Israël sur des terres [volées] aux Palestiniens qu'on maintient emmurés dans un régime d'apartheid où on leur coupe leurs vivres, c'est grave», avait-il affirmé, ajoutant qu'un «pays comme ça ne mérite pas d'exister.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.