/news/homepage

Un conservateur compare des libéraux à Hitler

Registre des armes d'épaule

Le projet de loi sur l'abolition du registre des armes d'épaule a franchi une étape de plus aux Communes. Il a été adopté tard mardi soir à l'étape du rapport par le compte de 152 contre 131.

«Le vote de ce soir nous rapproche un peu plus de la réalisation de notre promesse, a souligné le ministre d'État à la Petite entreprise et au Tourisme, Maxime Bernier, dans un communiqué. Les Canadiens ont donné à notre gouvernement le mandat clair de mettre fin au registre des armes d'épaule une fois pour toutes et c'est exactement ce que nous allons faire.»

Deux députés néo-démocrates ont adopté la position conservatrice et voté en faveur de l'abolition du registre, soit Bruce Hyer et John Rafferty, de Thunder Bay, en Ontario.

Plus tôt dans la journée, le débat sur le démantèlement du registre des armes d'épaule avait donné lieu à des dérapages.

Les esprits se sont enflammés à la suite d'un discours d'un député conservateur d'arrière-ban, Larry Miller, qui a comparé certains commentaires de ses adversaires libéraux au régime d'Adolf Hitler.

Selon M. Miller, l'ex-ministre libéral de la Justice Allan Rock aurait déclaré que les seules personnes qui avaient le droit d'avoir des armes à feu étaient «les policiers et les militaires».

«Cela rappelle Adolf Hitler en 1939», a-t-il lancé.

Puis, il a fustigé des propos de l'ex-sénatrice libérale Sharon Carstairs, qui aurait dit que «l'enregistrement des fusils de chasse est le premier pas vers la réingénierie sociale des Canadiens».

«C'est ce qu'Adolf Hitler a essayé de faire dans les années 1930», s'est offusqué le député conservateur.

«C'est un commentaire ridiculement destructif», a rétorqué le chef libéral intérimaire Bob Rae. Pour lui, évoquer le nom d'Adolf Hitler, «c'est utiliser un mot de violence, un mot de haine, un mot qui clairement montre que sur le côté du gouvernement, ils ont perdu toute perspective sur cette question.»

M. Rae accepte difficilement les excuses de M. Miller, car les commentaires de ce dernier n'étaient pas improvisés. «Il avait un discours écrit», a-t-il rappelé aux journalistes.

Aux Communes, la députée néo-démocrate de Gatineau, Françoise Boivin, a par ailleurs réfuté les arguments des conservateurs selon lesquels les chasseurs de canard et de gibier risquent d'être taxés de criminels s'ils omettent d'enregistrer leur carabine et leur fusil de chasse en vertu des règlements actuels. «Ils veulent donner l'impression que nos prisons sont remplies de chasseurs», a-t-elle ironisé.

En début de journée, le ministre de la Justice Vic Toews avait pris la peine d'encourager ses collègues députés à voter en faveur de la Loi sur l'abolition du registre des armes d'épaule à l'étape du rapport, «une mesure coûteuse et inefficace» qui selon lui a pour effet de «traiter comme des criminels» les chasseurs, les agriculteurs et les tireurs sportifs, et de compiler «des registres qui sont inexacts et peu fiables.»

Le projet de loi C-19 sera soumis à un vote en troisième lecture aux Communes, avant d'être étudié au Sénat, où les conservateurs détiennent une écrasante majorité.

 


Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.