/news/law

Trois ans de prison pour le prêtre Lavoie

Agressions sur 13 mineurs

Le père rédemptoriste Raymond-Marie Lavoie a écopé, vendredi matin au palais de justice de Québec, d'une peine de trois ans de prison pour avoir agressé sexuellement 13 garçons mineurs de 1973 à 1985.

Le responsable du dortoir a plaidé coupable en juillet dernier à 21 accusations d'attentat à la pudeur, grossière indécence et agression sexuelle à répétition sur les garçons âgés de 12 à 16 ans qui fréquentaient le Séminaire Saint-Alphonse de Sainte-Anne-de-Beaupré.

La poursuite réclamait huit ans de détention pour Lavoie alors que la défense souhaitait une peine plus clémente de deux ans moins un jour.

La juge Chantale Pelletier a donc tranché pour une peine de trois ans, expliquant tenir compte de la jurisprudence en semblable matière. Déçue, la Couronne a déjà annoncé son intention de porter cette décision en appel.

Des victimes du père Lavoie, qui ont assisté au prononcé de la sentence, ont également exprimé leur déception, ajoutant qu'aucune peine ne serait assez longue, à leurs yeux, pour compenser pour le mal qu'elles ont subi.

«C'est quoi, trois ans, pour avoir brisé des dizaines de vies ? Il y en a qui sont extrêmement éprouvés là-dedans et qui ne s'en remettront jamais. Il y a des choses qu'on n'efface pas là-dedans», témoigne Frank Tremblay, une des victimes du père Lavoie.

Au prononcé de sa sentence, le père Lavoie est demeuré calme. Il était d'ailleurs arrivé au palais de justice avec sa valise puisque son avocat, Me Serge Goulet l'avait avisé qu'il allait sûrement prendre le chemin de la prison.

«Il savait très bien qu'il s'en allait en prison. Il ignorait pour quelle période, mais il acceptait son sort et considérait qu'il méritait la punition appropriée. Il avait péché et il savait qui'il devait en payer le prix.»

C'est en décembre 2009 que Raymond-Marie Lavoie a été arrêté pour la première fois, relativement à des affaires d'agressions sexuelles sur quatre victimes. Ces premières accusations allaient déboucher sur d'autres plaintes, portées par d'autres victimes, contre le père Lavoie et contre le père Jean-Claude Bergeron, dont l'affaire est toujours devant la Cour.

Autre conséquence : un recours collectif, intenté par une victime contre la communauté des pères rédemptoristes et contre les deux ecclésiastiques. Cette victime réclame 750 000 $ en dommages, ainsi que 100 000 $ pour chacune des autres victimes.

 

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.