/news/homepage

Le projet de loi adopté

Élimination du registre des armes d'épaule

Le projet de loi C-19, dans le but d'abolir le registre des armes d'épaule, a été adopté à la Chambre des communes mercredi soir, avec 159 votes pour et 130 votes contre.

Deux députés du NPD ont voté pour ce projet de loi: John Rafferty de Thunder Bay-Rainy River et Bruce Hyer de Thunder Bay-Superior Nord. Pourtant, en avant-midi, la chef par intérim du NPD, Nycole Turmel, avait formellement ordonné à ses députés de voter contre le projet de loi.

Majoritaires aux Communes avec 165 députés sur un total de 308, les troupes de Stephen Harper étaient certains de remporter le vote final sur le projet de loi C-19.

Le projet de loi devra ensuite être étudié au Sénat, où il doit en principe être adopté, puisque les conservateurs y sont majoritaires.

Le registre des armes d'épaule constitue une bataille de longue haleine pour le gouvernement Harper, qui a échoué à maintes reprises dans ses tentatives de l'abolir, lorsqu'il était minoritaire au pouvoir. Le gouvernement conservateur croit que le registre des armes d'épaules était «inutile, inefficace et coûteux» et qu'il n'avait pas contribué à faire baisser le nombre de crimes violents au Canada.

Photo: Agence QMI

Menace d'injonction

Le gouvernement du Québec songe à s'adresser aux tribunaux pour empêcher la destruction des données. Mercredi, le ministre Dutil a maintenu l'intention ferme de son gouvernement de procéder avec des «poursuites» devant les tribunaux pour «préserver les données» une fois que C-19 aura obtenu la sanction royale.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Vic Toews, a cependant refusé de dire dans combien de temps les données du registre seraient détruites une fois la sanction royale obtenue.

Les conservateurs célèbrent

Les conservateurs ont prévu de fêter à Ottawa mercredi soir l'adoption à la Chambre des communes du projet de loi C-19 destiné à éliminer le registre des armes d'épaule au Canada, choquant les partis d'opposition.

Le ministre d'État à la Petite Entreprise et au Tourisme, Maxime Bernier, a confirmé l'organisation des célébrations auxquelles il a l'intention de participer.

«Je suis fier des engagements de mon gouvernement et de ses réalisations et certainement que si le temps me le permet je vais aller faire un tour [aux célébrations]», a-t-il affirmé en début de journée.

«Ça me fait plaisir de voter en faveur de l'abolition de ce registre, car c'est ce que les gens dans mon comté en Beauce souhaitent», a-t-il poursuivi, faisant valoir que c'était aussi le cas dans les comtés des quatre autres députés conservateurs du Québec.

En matinée, le gouvernement conservateur a organisé une conférence de presse dans un décor de chasse aux canards lors de laquelle le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a déclaré que la journée était importante pour les conservateurs qui promettent depuis 2006 d'abolir le registre des armes à feu.

«Nous sommes libres de célébrer ce projet de loi. C'est notre liberté», a dit Tony Clement, président du Conseil du trésor.

L'opposition en furie

À Ottawa, la députée néo-démocrate Françoise Boivin a qualifié le comportement des conservateurs «d'insensibilité totale.» «Mon cœur saigne aujourd'hui», s'est-elle indignée.

Le député libéral Denis Coderre a qualifié ces célébrations de «pathétiques». «C'est une journée qui est triste, a-t-il dit. Ça n'a pas de bon sens de vouloir fêter ça.»

«C'est leur opinion(d'abolir le registre), mais de là à fêter, ce n'est pas très adéquat», s'est insurgé le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil.

On apprend que des députés conservateurs célèbreront ce soir leur victoire, comme pour un match de hockey», a lancé Pauline Marois à l'Assemblée nationale. «C'est honteux, c'est dégoûtant et c'est révoltant. Imaginez que vous êtes le parent de l'une des victimes.»

Le président du Bloc Québécois, Daniel Paillé a réagi par voie de communiqué en soirée en disant qu'il s'agissait «d'une triste journée d'abord pour les victimes d'actes criminels et leurs familles, mais aussi pour l'ensemble de la population du Québec. Assister au démantèlement de ce registre des armes à feu et à l'allégresse conservatrice qui l'accompagne est non seulement une aberration législative, mais une gifle aux valeurs profondes qui nous animent».

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.