/news/homepage

Les affaires internes de la SQ s'en mêlent

Arrestation musclée d'un médecin

Geneviève Paradis

L'enquête sur l'arrestation musclée du Dr Jeffrey Sirzyk à l'urgence de l'hôpital Lachute lundi soir a été transférée jeudi matin à la division des affaires internes de la Sûreté du Québec (SQ).

Cette enquête avait d'abord été menée par la division des enquêtes régionales de la SQ et a été transférée par soucis de transparence.

Les affaires internes enquêteront ainsi sur la façon de faire du médecin lors de la journée de lundi, mais également sur le travail des policiers mis en cause dans cette affaire.

Démission du Dr Sirzyk

Le Dr Jeffrey Sirzyk, arrêté de façon cavalière par des patrouilleurs de la Sûreté du Québec (SQ), a d'ailleurs démissionné au lendemain de l'évènement, trop dépassé par la situation.

L'annonce de cette démission a été confirmée sur les ondes de LCN Matin jeudi par le président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) du CSSS d'Argenteuil, le Dr Gilles Durocher.

L'arrestation du Dr. Sirzyk qui a eu lieu lundi est décriée par le Dr Durocher: «Le comportement des policiers était démesuré, le médecin a vécu l'évènement très durement et s'est senti très humilié» a-t-il expliqué.

Celui-ci juge que l'arrestation musclée du médecin qui était en devoir à la vue de tous est un «acte abusif qu'on a jamais vécu dans l'établissement ici.»

Le CMDP a bien l'intention de ne pas en rester là et compte porter plainte en déontologie policière.

(photo: MonTopo)

L'incompréhension est à son comble dans le centre hospitalier : «On ne comprend pas pourquoi les policiers ont agi comme ça » souligne Dr Durocher.

Le président du CMDP explique également que le Dr Sirzyk n'a jamais refusé de collaborer avec les policiers, et qu'il a fait ce qu'il devait faire, c'est-à-dire référer les patrouilleurs au CHU Sainte-Justine concernant un poupon admis à Lachute, mais transféré par la suite pour une fracture à une jambe.

Toutefois, le porte-parole de la Sûreté du Québec a mentionné en entrevue que le Dr Sirzyk avait résisté à son arrestation.

Celui-ci pourrait être accusé d'entrave à la justice, et d'avoir résisté à son arrestation.

Situation précaire au CSSS

La démission du médecin omnipraticien place le centre hospitalier dans une situation précaire.

«On était déjà en carence de médecin, c'est une situation extrêmement précaire pour nous» explique le Dr Durocher.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie