/buzz/homepage

Il reproduit la Coupe Stanley... en bois!

Sculpteur du Saguenay

Elizabeth Dupont

Alors que les séries de la Ligue nationale de hockey battent leur plein et que les équipes rivalisent en vue de remporter la célèbre Coupe Stanley, le sculpteur du Saguenay Victor Dallaire vient tout juste de terminer une réplique du trophée.

Pendant quatre mois, il a sculpté cette œuvre de bois qui lui a été commandée par un fervent amateur de hockey souhaitant demeurer anonyme.

(Photo: Agence QMI)

«C'est en octobre qu'on m'a fait la commande. Il m'a fallu une semaine pour bien y réfléchir avant d'accepter. C'était un gros défi», a avoué Victor Dallaire, qui sculpte depuis 53 ans.

La coupe en bois a été réalisée à partir de photos de l'originale. La réplique pèse exactement le même poids, soit 15,4 kilos (34 lb).

La reproduction est conçue en tilleul et sa base est en ébène, un bois rare qui est lourd et très résistant.

«J'ai travaillé mon bois peu à peu, pour avoir le poids exact. Comme c'était un trop gros morceau, il m'a fallu modifier mon tour à bois. J'ai par la suite travaillé les détails en relief», a raconté M. Dallaire.

Travail de moine

Habitué à sculpter des détails, Victor Dallaire a dû pousser cette aptitude au maximum, alors qu'il a inscrit tous les noms des équipes qui ont remporté la Coupe, de 1893 à 2011.

«Je vais ajouter le nom de l'équipe qui va la gagner cette année et peut-être les suivantes. J'espère un jour inscrire le nom des Canadiens. Sur la vraie, il y a le nom de tous les joueurs des équipes, mais pour moi c'était trop long», a-t-il expliqué.

Il faut dire que la vraie coupe, conçue en argent, est gravée chaque année, depuis 116 ans. Rappelons que 1919 et 2005, sont les deux seules années de son histoire où elle n'a pas été attribuée. La première en raison de la grippe espagnole et la seconde, en raison du lock-out.

Nouvelle passion

«Je ne suis pas un grand amateur de hockey, en tout cas surement pas autant que celui qui m'a fait la commande. Par contre, j'ai fait de la recherche pour ma sculpture et j'en ai appris beaucoup sur ce trophée. C'est intéressant de voir qu'il a été acquis pour moins de 100 $ et qu'il vaut aujourd'hui des millions , s'est exclamé l'artiste.

Il nous confie que sa coupe en bois n'a pas été vendue aussi cher, mais qu'elle a une grande valeur.

«Je suis content. J'ai sculpté Jean-Claude Tremblay et d'autres choses de hockey dans ma carrière, mais jamais la Coupe Stanley. Je n'aurais jamais cru faire ça!»