/regional/montreal/montreal

Une clinique secrète pour les sans-papiers

Médecins du Monde

Sarra Guerchani

Sans couverture médicale, des familles immigrantes se tournent vers une clinique mise à leur disposition par Médecins du Monde (MDM). Quelque 150 d'entre eux s'y sont fait traiter gratuitement.

La situation de santé des immigrants n'est pas toujours rose. C'est ainsi que quelques infirmières volontaires de MDM ont eu l'idée de créer la clinique des migrants.

Zoé Brabant, membre du Conseil d'administration de l'organisme (Photo: Agence QMI)

Zoé Brabant, membre du Conseil d'administration de l'organisme, est l'une d'entre elles. Elle a travaillé auprès des travailleuses du sexe et des toxicomanes dans les rues de Montréal, dont plusieurs parmi eux sont des immigrants.

«On s'est rendu compte que rien n'était fait pour les gens qui n'ont pas d'assurance maladie, a affirmé Mme Brabant, infirmière bénévole depuis 10 ans. Ils sont souvent dépourvus, ils ont beaucoup de problèmes de santé et à cause de la difficulté de l'accès au soin, souvent leur situation médicale se détériore.»

Pour avoir accès au système de santé publique au Québec, il faut être reconnu comme résident. Le seul autre choix ce sont les soins privés que bon nombre d'immigrants ne peuvent pas se permettre de payer.

Pour une question de sécurité le lieu de cette clinique est tenu secret. En effet, MDM désire protéger l'identité de ses patients, car l'immigration pourrait les retracer et les renvoyer dans leur pays d'origine. L'organisme souhaite aussi que les patients se sentent à l'aise et en sécurité durant leur consultation.

Des soins limités

Avec une vingtaine de médecins bénévoles, tout est mis en œuvre pour mettre à l'aise le patient. Cependant, au grand regret de l'infirmière responsable de la clinique, Sophie Shoen, le service reste limité.

En effet, la clinique n'offre pas de suivi de grossesse. «Malheureusement, à l'heure actuelle nous n'avons pas les moyens, a dit Mme Shoen. Pour moi, en tant qu'infirmière, c'est difficile de refuser des femmes qui sont souvent enceintes de cinq à sept mois de grossesse sans avoir vu de médecin.»

Un besoin de 150 000 $

Selon Médecins du Monde, la clinique des migrants travaille principalement avec des dons. Aujourd'hui, l'organisme aurait besoin de 150 000 $ pour un meilleur fonctionnement. Jeudi, aura lieu, à Montréal, le gala annuel de l'organisation. Une partie des bénéfices iront à cette clinique, confirme MDM.

Le numéro de téléphone de la clinique est distribué dans les organismes communautaires de Montréal.

Le fédéral coupe dans la santé

Citoyenneté et Immigration Canada a annoncé, le 27 avril dernier, des changements au Programme fédéral de santé intérimaire destiné aux demandeurs du statut de réfugié et aux personnes protégées.

«Ces changements sont mesquins, refusant les soins essentiels aux personnes et aux familles en raison de leur pays d'origine ou d'erreurs techniques faites au cours du processus de demande d'asile », estime Wanda Yamamoto, présidente du Conseil canadien pour les réfugiés.

Le gouvernement fédéral n'a pas clairement donné les chiffres de ces coupes. Il a cependant souligné que l'actuelle couverture offerte a grimpé à 84,6 millions $ au cours de l'exercice 2010-2011.

Selon le ministère de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, «les économies découlant des changements apportés au programme devraient s'élever à environ 100 millions $ au cours des cinq prochaines années».

La clinique de MDM devrait donc voir le nombre de patients augmenter dans les prochains mois.