/news/homepage

La SQ admet avoir utilisé des balles de plastique

Émeute à Victoriaville

TVA Nouvelles

À la veille d'un point de presse sur les opérations menées par la Sûreté du Québec (SQ) cette fin de semaine à Victoriaville, celle-ci a admis que des balles de plastique avaient été tirées sur les manifestants.

«C'est vrai que les policiers ont utilisé des balles de plastique, par contre, ce ne sont pas des balles de caoutchouc, mais plutôt des bâtons cinétiques qui mesurent environ 110 millimètres de long», a expliqué le lieutenant Michel Brunet, porte-parole de la SQ, en entrevue avec Claude Poirier.

Il a néanmoins tenu à expliquer la stratégie des policiers.

«Ce ne sont pas des gens de la foule au hasard que l'on a ciblés, mais des individus qui ont commis ou s'apprêtaient à commettre un acte criminel

Parmi les gens présents cette fin de semaine, certains avaient déjà été arrêtés ou avaient participé aux Sommets du G8 et du G20, a indiqué le lieutenant.

(Crédit photo: Agence QMI)

Les balles de plastique sont outil très efficace pour disperser les foules, selon lui.

«Ceux qui sont atteints vont ressentir une douleur intense, ce qui va faire qu'en principe, ces gens-là vont quitter la manifestation.»

Il assure toutefois «qu'aucun tir n'est effectué au niveau de la tête ou des organes vitaux.»

Un affrontement des plus violents

Michel Brunet a par ailleurs confié qu'en 35 ans de carrière, il avait rarement vu une émeute aussi violente.

«Après le Sommet des Amériques en 2001, c'est l'événement qui a suscité le plus de violence», a-t-il convenu.

Le point de presse de la SQ aura lieu jeudi à 10h30.

Dans la même catégorie