/news/homepage

McGuinty soutient son contrôleur des armes à feu

Ontario

Le premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty, n'empêchera pas le contrôleur des armes à feu de la province de recueillir des renseignements personnels sur les acheteurs de fusils de chasse.

C'est ce qu'il a affirmé dimanche sur les ondes de CTV, indiquant que «c'est au gouvernement fédéral de modifier la loi afin qu'il soit interdit au contrôleur des armes à feu de demander aux détaillants qui vendent des armes à feu de conserver des informations personnelles sur leurs clients».

«Le contrôleur ontarien ne reconnaît pas l'autorité du gouvernement fédéral pour démanteler le système qu'il estime avoir le pouvoir de mettre en place», a indiqué le premier ministre.

Ces commentaires surviennent après une semaine de débat entre les gouvernements provincial et fédéral et la GRC sur la légitimité de tenir un tel registre en Ontario.

La semaine dernière, la GRC avait prié le contrôleur des armes à feu de cesser de recueillir des informations personnelles, avec la collaboration des marchands, qui serviraient à créer un registre provincial des armes à feu.

Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, avait qualifié la tenue d'un registre de «collection illégale de données».

Le criminaliste et spécialiste des armes à feu Solomon Friedman a estimé dimanche que les conservateurs devraient prendre M. McGuinty aux mots: «cela donne la chance au Parlement de limiter une fois pour toutes le pouvoir du contrôleur des armes à feu de l'Ontario en adoptant une législation claire».

Des contrôleurs des armes à feu d'autres provinces procèdent de la même manière que celui de l'Ontario. Ils collectent notamment le numéro de série de l'arme, le fabricant et le modèle, des données autrefois consignées dans le registre fédéral des armes à feu.

L'Ontario a nié vouloir créer son propre registre et a indiqué que la collecte est effectuée sur place depuis 1978.

Le ministre Toews avait indiqué la semaine dernière qu'il était prêt à considérer des mesures législatives dans ce dossier.