/news/world

Une initiative québécoise en Haïti porte ses fruits

TVA Nouvelles

La Fondation Jacqueline Lessard vient en aide à Haïti, qui, près de deux ans et demi après le violent séisme qui a ravagé le pays, est encore aux prises avec d'importants problèmes.

L'équipe de la Fondation Jacqueline Lessard a réussi à bâtir une école et un orphelinat dans la Ville de Croix-des-Bouquets, situé en banlieue de Port-au-Prince.

Travaillant de pair avec Imavision et Oxfam-Québec, l'organisme à but non lucratif a amassé près de 1,8 million $ pour la construction de ce bâtiment qui pourra accueillir près de 400 élèves et 80 orphelins. Une aile de services (cuisine, bloc sanitaire) a aussi été construite.

«Près de 50 000 enfants vivent dans les rues d'Haïti et il y a un besoin criant de ressources pour venir en aide aux orphelins», a expliqué Mylène Béliveau, directrice du projet pour la Fondation Jacqueline Lessard.

Afin de réaliser ce projet d'envergure, une dizaine de finissants d'écoles des métiers de la construction de Montréal ont offert leur aide, secondés d'une quarantaine d'ouvriers haïtiens.

«Il nous a fallu partir de zéro. Il n'y avait pas de fosse septique ni de puits artésien sur les lieux. Par ailleurs, les résidants de Croix-des-Bouquets ont encore de la difficulté à avoir accès à une eau potable», a souligné Mme Béliveau.

Besoin de partenaires

Bien que la construction de cet orphelinat-école annonce de meilleurs jours pour quelques-uns des élèves de la ville de 227 000 habitants, il reste beaucoup de pain sur la planche pour la Fondation Jacqueline Lessard.

«Afin d'assurer la pérennité de ce projet, nous avons besoin de l'aide de partenaires financiers au Québec», a indiqué Mme Béliveau.
Des partenaires, il en faudra aussi en sol haïtien, puisque la Fondation a rompu ses liens avec l'organisme local, Orphelinat Espoirs d'enfants, qui devait assurer la gestion de l'établissement.

«Dans le chaos qui a suivi la tragédie de janvier 2010, la Fondation avait cru trouver un partenaire de confiance, en s'associant avec [cet organisme]. Malheureusement, le lien de confiance a été brisé, à cause de la gestion non transparente des administrateurs», a indiqué la Fondation, dans un communiqué.

Mme Béliveau affirme que des démarches ont été entamées pour trouver un partenaire de confiance pour gérer et administrer le nouvel orphelinat-école.