/news/homepage

La loi spéciale fait mal au gouvernement

Sondage Agence QMI-Léger Marketing

En adoptant la loi 78, le gouvernement ne s'est pas attiré la faveur de la population québécoise, confirmant l'impopularité de cette mesure.

Telle est la conclusion d'un sondage Agence QMI-Léger Marketing, réalisé entre le 19 et le 21 mai, qui démontre que le parti au pouvoir perd des plumes à cause du conflit étudiant.



Questionnés sur la hausse des droits de scolarité décrétée par le gouvernement Charest, 43 % des répondants ont dit être davantage favorables à la position des étudiants.

(photo: TVA Nouvelles)

Il s'agit d'une baisse de neuf points par rapport à la dernière enquête du genre, réalisée le 10 mai dernier. À ce moment, 34% des personnes sondées déclaraient appuyer la position des étudiants, qui contestent l'augmentation de 1780$ des droits de scolarité répartie sur sept ans.

(photo: TVA Nouvelles)

La loi spéciale, qui restreint le droit de manifester et encadre le retour en classe, n'est d'ailleurs pas considérée comme une solution au conflit. Au total, plus des trois quarts de la population estime que Québec doit reprendre les négociations avec les étudiants et ce, malgré l'adoption de la loi 78.

(photo: TVA Nouvelles)

Il n'existe d'ailleurs pas de clivage linguistique marqué sur le sujet: 79% des francophones se disent en faveur d'une relance des négociations. Chez les non francophones, ils sont 68% à penser ainsi.

(photo: TVA Nouvelles)

Le sondage a été mené auprès de 1186 personnes en provenance de toutes les régions du Québec. Les questionnaires ont été remplis après l'adoption de la loi spéciale.

Toutes les questions du sondage sont en ligne sur le site du Journal de Montréal. Les résultats complets seront publiés dans l'édition de mardi du Journal de Montréal et du Journal de Québec.