/news/currentevents

Un corps démembré à Montréal, un pied dans un colis

Paule Veilleux-Turcotte | Agence QMI

Un corps démembré a été retrouvé à l'intérieur d'une valise abandonnée dans un amas de vidanges de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, mardi matin, à Montréal. Quelques heures plus tard, à Ottawa, un colis suspect contenant un pied a été expédié au siège du Parti conservateur.

C'est le concierge de l'immeuble, Michael Nadeau, qui a découvert le corps sectionné, vers 10 h 15, après avoir reçu des plaintes concernant une forte odeur qui provenait depuis quelques jours des ordures du bâtiment de la place Lucy, non loin du boulevard Décarie.

Il s'est rendu sur les lieux accompagné d'un autre résidant de l'immeuble afin d'examiner le contenu des sacs et des autres débris. M. Nadeau, résidant de l'immeuble depuis deux ans, a raconté avoir découvert le torse de la victime à l'intérieur du bagage, sans la tête ni les jambes.

Selon lui, la valise était sur place depuis au moins une semaine. La semaine dernière, en raison d'une forte accumulation d'ordures, les vidangeurs n'ont pu ramasser la totalité des débris, ce qui explique pourquoi la valise a été laissée pendant plusieurs jours. Le concierge a d'ailleurs été interrogé par les enquêteurs en après-midi afin d'établir les circonstances de la découverte.

Parlant au début d'une mort suspecte, les policiers ont finalement confirmé en début de soirée qu'il s'agissait d'un homicide.

«Après l'examen de la scène par les techniciens en identité judiciaire, ils en viennent à la conclusion qu'il s'agit du 11e homicide à survenir sur le territoire de l'île de Montréal», a dit Daniel Lacoursière, porte-parole du Service de police de Montréal (SPVM). À pareille date l'an dernier, le bilan s'élevait déjà à 18 meurtres.

Les détails concernant le sexe et l'identité de la victime n'étaient toujours pas connus, en fin de journée mardi. Selon les policiers, le corps était dans un état difficile à identifier puisqu'il gisait dans la valise depuis plusieurs jours. Seule l'autopsie des prochains jours permettra de confirmer si la victime est un homme ou une femme.

L'opération d'inspection s'est avérée assez complexe puisque les enquêteurs devaient minutieusement dégager toutes les ordures afin de récupérer le plus d'éléments de preuve possible. Les enquêteurs des Crimes majeurs étaient toujours sur le terrain en début de soirée mardi afin de continuer l'évaluation des ordures. Un large périmètre de sécurité a été érigé sur la place Lucy, une scène qui a attiré plusieurs curieux du voisinage. Un chapiteau a d'ailleurs été dressé en plein milieu de la rue afin d'isoler l'inspection judiciaire des spectateurs.

La circulation a été ralentie sur le boulevard Décarie mardi après-midi en raison de l'achalandage causé par la scène.

Un pied envoyé à Ottawa

Pendant ce temps, à Ottawa, un employé du personnel conservateur a eu l'horreur de trouver, dans un paquet expédié au siège du Parti conservateur, un colis contenant un pied.

Même si les policiers ont démenti pendant la journée le fait que le pied pourrait être relié au corps retrouvé dans la valise, Daniel Fortier, porte-parole au SPVM, a admis mardi soir que la coïncidence entre les deux évènements est «particulière».

Il n'a toutefois pas pu confirmer si la GRC avait ouvert une enquête à la suite de deux découvertes. Selon l'agent Fortier, c'est néanmoins une méthode d'enquête standard de communiquer entre les corps policiers lorsque des évènements similaires surviennent.

Toutefois, «il est trop tôt pour faire un lien entre les deux découvertes», a-t-il souligné.