/news/homepage

Les représentants ont rejeté une proposition

Sortie de crise

Les fédérations étudiantes ont rejeté au moins l'une des propositions faites par le gouvernement Charest depuis la reprise des négociations lundi visant à mettre fin au conflit étudiant.

Les porte-parole des quatre fédérations étudiantes (FECQ, FEUQ, CLASSE et TaCEQ) ont rejeté unanimement la proposition de réduire de 35$ par année l'augmentation des droits de scolarité demandée par le gouvernement.

«Nous n'avons pas fait 16 semaines de grève pour accepter une baisse de 35$ de la facture», a commenté la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec, Martine Desjardins. Les étudiants attendent toujours une réponse du gouvernement à une contre-proposition qu'ils ont faite mardi.

Ce refus n'a pas fait achopper la négociation, a souligné Mme Desjardins. Plusieurs scénarios de règlement sont encore sur la table, a ajouté la présidente de la FEUQ, dont une réduction des crédits d'impôt liés aux droits de scolarité pour modérer l'augmentation de la facture à remettre aux étudiants.

Le gouvernement a déjà annoncé que le crédit d'impôt passerait de 20% à 16,5%, histoire de permettre une amélioration des bourses évaluées à 39 millions $. Québec est à la recherche d'une solution à coût nul, a indiqué mercredi matin le ministre des Finances, Raymond Bachand.

Les négociations ont repris en milieu d'après-midi à l'édifice de la Banque Nationale, boulevard René-Lévesque à Québec. Les porte-parole des fédérations étudiantes prévoient négocier toute la soirée et passer la nuit prochaine à Québec.

Le gouvernement Charest a donc accepté de reculer sur l'augmentation de 1782$ des droits de scolarité sur sept ans. La ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, n'a émis aucun commentaire sur la position présentée par le gouvernement.

La solution au conflit devra comporter d'autres éléments que la hausse des droits de scolarité, ont prévenu les étudiants. «On veut parler d'éducation, pas seulement de droits de scolarité. On va parler d'une solution complète», a déclaré Paul-Émile Auger de la TaCEQ.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.