/news/world

Deux soeurs québécoises retrouvées mortes

Hôtel en Thaïlande

TVA Nouvelles

Deux Québécoises ont été retrouvées mortes sur l'île de Phi Phi, en Thaïlande, vendredi. Il s'agit de deux sœurs de 20 et 25 ans, Audrey et Noémi Bélanger, originaires de Pohénégamook, dans le Bas-Saint-Laurent.

Les deux sœurs, qui étudiaient à l'Université Laval, à Québec, résidaient ces jours-ci dans leur patelin du Témiscouata, a confié un résidant de l'endroit. Selon ce dernier, les deux jeunes femmes travaillaient à l'Épicerie Bonichoix Carl Bélanger de Pohénégamook, le commerce de leur père.

«L'ambiance est plutôt triste aujourd'hui dans le village», a confié Joanie Ouellet, qui travaillait depuis trois ans avec les deux victimes.

«Ce n'est pas drôle, je viens d'apprendre ça... j'avais entendu ça aux nouvelles, mais je ne me doutais pas qu'il s'agissait d'Audrey et Noémi», a dit Colette Bélanger, la grande-tante des victimes.

Samedi, des membres de la famille Bélanger étaient en route vers la Thaïlande.

Selon un porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Canada, Claude Rochon, les agents consulaires du Canada à Bangkok apportent une aide consulaire à la famille et sont en contact avec les autorités locales.

«Nos pensées se tournent vers la famille et les amis des citoyennes canadiennes qui ont perdu la vie en Thaïlande», a-t-il ajouté, samedi, dans un courriel.

«Nous avons reçu un rapport signalant que les corps de deux touristes avaient été retrouvés dans des chambres du Phi Phi Palms Residence», a indiqué le lieutenant Siwa Saneha, en entrevue avec le Phuket Gazette.

Empoisonnées?

Les deux jeunes femmes seraient arrivées mardi à leur hôtel. Le personnel de l'établissement aurait alerté les autorités vendredi, après qu'une femme de ménage eut découvert le corps des deux victimes.

Elles pourraient avoir été empoisonnées, selon ce qu'ont rapporté les autorités aux médias locaux.

Le lieutenant-colonel Rat Somboon, de la police provinciale de Krabi, a indiqué au Phuket Gazette que les officiers présents sur la scène estimaient que la mort des deux jeunes femmes avait eu lieu environ 12 heures avant que leurs corps ne soient découverts.

«Il y avait beaucoup de vomi dans la chambre et les deux corps présentaient des signes similaires [de traumatisme]. Elles avaient des lésions cutanées et semblaient avoir saigné des gencives. De plus, leurs ongles et leurs orteils étaient bleus», a expliqué le lieutenant-colonel au média thaïlandais.

Ce dernier a ajouté que des experts allaient effectuer des analyses sur les vomissures des victimes ainsi que sur les traces d'urine retrouvées dans la chambre afin de déterminer la cause des décès. Des autopsies devaient aussi être pratiquées.

Rappelons qu'en 2009, sur cette île, trois corps avaient été trouvés (deux Norvégiens et un Américain). Les circonstances de leurs morts ressembleraient à celles de ces deux soeurs.

Incorrect or missing Brightcove Settings