/news/homepage

Noyade d'un enfant dans une piscine

Saint-Rémi

Maxime Deland

La série noire se poursuit. Une fillette de deux ans est devenue jeudi, à Saint-Rémi, en Montérégie, la 43e victime de noyade au Québec depuis le début de la saison estivale.

À peine deux minutes d'inattention auront suffi à la petite Marylou Rondeau pour sortir de la maison et tomber dans la piscine, dont l'accès est pourtant protégé par une petite clôture.


(Crédit photo: Agence QMI)

C'est toutefois un problème de loquet qui aurait permis à l'enfant de s'aventurer jusqu'à la piscine, durant l'heure du midi.

Dans les minutes précédant le drame, la petite est allée donner un bec à son père, qui se trouvait à l'intérieur de la résidence de la rue Bédard, en compagnie de sa conjointe et de sa belle-sœur.


(Crédit photo: Agence QMI)

Personne n'a rien vu

À peine quelques instants plus tard, la tragédie est survenue, sans que personne ne s'aperçoive que la petite Marylou s'était éclipsée.

«Ma conjointe pliait du linge avec la mère de la petite [...], a expliqué l'oncle de la jeune victime, François Dufault. Puis tout d'un coup, ils se sont demandé "elle est où Marylou?". Ma conjointe est sortie dehors et l'a vue dans l'eau. J'ai entendu gueuler dehors.»


(Crédit photo: Agence QMI)

Le corps de la fillette flottait à la surface de l'eau.

Les parents ont tenté des manœuvres de réanimation, mais sans succès. Idem pour les premiers policiers à s'être rendus sur place.

À leur arrivée, les ambulanciers ont eux aussi essayé de ramener l'enfant à la vie. Les manœuvres de réanimation se sont poursuivies durant tout le trajet vers l'hôpital, mais n'ont malheureusement rien donné.

Les médecins ont finalement constaté le décès de la petite Marylou à 13h30, soit un peu plus d'une heure après le drame.

La mère de la fillette a également dû être transportée à l'hôpital pour traiter un violent choc nerveux.

En après-midi, c'était la consternation dans le voisinage. Plusieurs voisins et amis de la famille ont fondu en larmes, essayant tant bien que mal de se réconforter.

«C'est très dur. Elle ne sera plus là... Et elle ne pas plus là demain non plus. Elle était là ce matin, elle comptait avec sa mère, elle jouait, elle riait. Et là, elle n'est plus là», a sangloté Tania Cyr, une amie du couple.

«C'est épouvantable de voir le nombre de noyades cet été, a dit une voisine. C'est tellement triste. On dirait que ça vient nous chercher encore plus quand on connaît les gens à qui ça arrive.»

Quelques minutes seulement après la noyade de la petite Marylou, un inspecteur de la municipalité de Saint-Rémi s'est présenté sur les lieux du drame pour vérifier si les installations autour de la piscine étaient conformes à la réglementation municipale.

La réglementation de Saint-Rémi stipule qu'après l'achat et l'installation d'une piscine, le propriétaire a un an pour sécuriser la piscine en installant une barrière et un verrou.

L'inspecteur a finalement rebroussé chemin, ce sont plutôt les enquêteurs de la Sûreté du Québec qui mèneront l'enquête dans ce dossier.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings