/regional/sherbrooke/centreduquebec

Le gouvernement fédéral annonce une subvention de 1,7 M$

Industrie acéricole

Marie-Pier Cornellier

En plein mois de juillet, la sève ne coule pas. Ça n'a pourtant pas empêché le gouvernement fédéral de faire d'importantes annonces dans l'industrie de l'acériculture.

«On parle d'une saison de production qui ne se fait qu'au printemps, mais lorsqu'on se penche sur la recherche et l'innovation, ça se fait 365 jours par année», explique Christian Paradis, le ministre de l'Industrie.


Une aide financière du fédéral pour une industrie surtout québécoise, au même moment où ça sent les élections à plein nez.

«On n'est pas en campagne électorale. On ne va pas, au fédéral, s'empêcher de dire les bons coups au niveau de l'innovation», ajoute-t-il.

Au centre ACER, les chercheurs pousseront leurs études sur l'eau d'érable alors que le marché de cette eau sucrée est en pleine croissance.

«En Asie et au Japon, ils sont très friands de ça», mentionne Serge Beaulieu, le président du conseil administratif de Centre ACER.

Plusieurs vertus sont à développer.

«L'eau d'érable pourrait rivaliser des boissons énergisantes dans le monde. Il y a des antioxydants, des minéraux et pour le foie, il y a des bienfaits. Il faut bonifier ces choses-là», surenchérit Serge Beaulieu.

L'eau d'érable pourrait même éventuellement se vendre sous forme de capsules.

À l'aide du nouveau spectracer, les chercheurs seront en mesure de :

«Garantir la pureté du produit et de s'assurer qu'il n'a pas été mélangé avec d'autres sucres. Dans un deuxième temps, le spectracer va détecter la présence de défauts de saveur», explique Luc Lagacé.

Il suffit d'y insérer un échantillon de sirop d'érable et le tour est joué. Le prototype en phase 2 passera sous peu en phase 3.

«Notre défi est de franchir le pas entre une bonne idée de laboratoire et quelque chose d'utilisé au niveau de l'inspection», conclut Alain Clément, directeur général de la recherche AAC

Dès la prochaine saison des sucres, le procédé sera utilisé.

Voir le reportage de Marie-Pier Cornellier