/regional/sherbrooke/centreduquebec

Des pages et des pages d'histoires se tournent à St-Ferdinand

Démolition de l'hôpital St-Julien

Marie-Pier Cornellier

Ça y est, les premiers pans de murs de l'ancien hôpital St-Julien de St-Ferdinand ont commencé à tomber sous le pic des démolisseurs. Soulagement pour les uns, profonde déception pour les autres, chose certaine, le vide au cœur du village sera immense.

Depuis deux jours les pelles mécaniques s'affairent à démolir le plus vieux des sept pavillons de l'hôpital. «C'était le premier bâtiment. Ce sont les sœurs qui l'avaient construit pour servir aux personnes démunies. C'est ce qui a fait que tout le restant a existé», a raconté Rosaire Croteau, un citoyen de St-Ferdinand.

Plusieurs curieux se sont pointés pour regarder les murs du monument d'un kilomètre de long s'écrouler. Une scène crève-cœur pour certains. «C'est une catastrophe. C'est la fin de l'histoire de St-Ferdinand.»

Christine Cyr y a travaillé durant 33 ans comme infirmière. C'est avec beaucoup de tristesse qu'elle assistait à la démolition: «Ça tourne une page de l'histoire. Tous sont tristes au village. Ça faisait parti des meubles.»

En effet, l'édifice est dans le paysage de St-Ferdinand depuis plus d'un siècle et demi. Pour certains, un pan de leur histoire s'écroule. Ludovic Fortier, a agi à titre d'homme de maintenance durant 32 ans : «C'était le cœur du village, l'employeur de St-Ferdinand.»

Depuis la fermeture de l'hôpital en 2002, beaucoup de confrontation entre le clan pour la démolition et celui contre. Pour eux, c'est enfin la fin d'un long et laborieux combat : «Ça fait tellement longtemps qu'on en parle, on n'en peut plus, on est exaspéré. C'est une délivrance en quelque sorte.»

Le défi maintenant est de redonner un nouveau visage à St-Ferdinand. La ville devrait dévoiler ses intentions dans les prochaines semaines...

Voir le reportage de Marie-Pier Cornellier