/news/law

16 chefs d'accusation contre Bain

Attentat au Métropolis

C'est un véritable arsenal que possédait Richard Bain. Sur la vingtaine d'armes qu'il possédait, il en avait apporté cinq lors de la soirée électorale au Métropolis, a indiqué jeudi la procureure à la Couronne, juste après la comparution de l'accusé.

Près de 36 heures après l'attentat perpétré au Métropolis, Richard Bain a finalement comparu au palais de justice de Montréal, pour répondre à pas moins de 16 chefs d'accusations, dont un de meurtre au premier degré et trois de tentatives de meurtre, sur deux civils et sur le sergent-détective de la Sûreté du Québec qui a procédé à son arrestation, peu après le drame.

Menotté et flanqué de trois agents des services correctionnels, l'accusé de 61 ans a comparu en anglais, bien que la dénonciation ait été rédigée en français.

À son arrivée dans le box des accusés, dans une salle sécurisée du palais de justice, Bain a jeté des regards dans la salle, composée de journalistes et de proches de Denis Blanchette, le technicien mort par balle tard mardi soir. Les proches, qui ne se sont pas adressés aux médias, étaient accompagnés par des membres du Centre d'aide aux victimes d'actes criminels (CAVAC).

Derrière la baie vitrée séparant les accusés de la salle d'audience, on remarquait que l'accusé portait encore son bracelet d'hôpital et un pansement au niveau du coude droit. Ce dernier s'est ensuite brièvement entretenu avec son avocate de l'aide juridique, Me Elfriede Duclervil, notamment pour lire la liste d'accusations.

(Photo TVA Nouvelles)

Beaucoup d'accusations

La comparution devant le juge Pierre Labelle de la Cour du Québec n'aura duré qu'une minute à peine. Bain n'a enregistré aucun plaidoyer; il reviendra à la Cour le 11 octobre prochain pour la suite des procédures.

Outre le meurtre et les trois tentatives de meurtre, Bain est également accusé d'avoir causé par le feu des dommages au Métropolis, et de possession de dispositifs incendiaires, soit de bidons d'essence et de fusées routières. Il fait en plus face à neuf chefs concernant l'usage illégal d'armes à feu. Il est à noter que de toutes ses armes, une seule, à son domicile de La Conception, avait été acquise illégalement.

Aucune accusation concernant la classe politique, dont la première ministre Pauline Marois, n'a encore été déposée.

«L'enquête est en cours, nous allons prendre des décisions au cours des prochains jours à savoir si des accusations supplémentaires devront être portées, a fait savoir Me Eliane B. Perreault de la Couronne. Pour l'instant, tout est sous étude.»

(Crédit photo: Reuters)

Discours de victoire

Le soir des élections provinciales, Bain est accusé d'avoir fait irruption au Métropolis au centre-ville de Montréal, par l'entrée des artistes située à l'arrière de l'édifice. Habillé d'un peignoir et d'une cagoule, il aurait tiré une balle avec un fusil automatique de marque Ceska Zbrojovka avant que le fusil ne s'enraye. Deux techniciens ont été touchés. Denis Blanchette est décédé tandis que Dave Courage s'en est sorti avec des blessures.

Bain est ensuite accusé d'avoir démarré un incendie au Métropolis, avant d'être arrêté par un sergent de la SQ, qu'il aurait également tenté de tuer. Après son arrestation, il avait été interrogé par les policiers, puis transporté à l'hôpital Royal Victoria pour une évaluation médicale.

Pour l'instant, la défense et la Couronne n'ont pas demandé d'évaluation psychiatrique de l'accusé, pour déterminer son aptitude à comparaître ou sur sa responsabilité criminelle.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.