/news/law

Bain à l'infirmerie pour sa sécurité

Tireur allégué du Métropolis

Accusé d'avoir abattu Denis Blanchette et blessé gravement Dave Courage dans l'attentat du Métropolis, Richard Henry Bain est détenu à l'infirmerie de la prison où il est incarcéré pour sa protection.

«Clairement, M. Bain ne peut pas être avec la population carcérale générale, il doit être en isolement pour sa sécurité», a précisé l'avocate de Richard Henry Bain, Me Elfride-Andrée Duclervil lors du Négociateur.

«Il a peur pour sa sécurité. Il a peur d'être un autre Oswald», ajoute l'avocate. Lee Harvey Oswald, tueur présumé de John F. Kennedy, a été assassiné deux jours seulement après son arrestation alors que la police s'apprêtait à le transférer au pénitencier.

Imbroglio

Bain avait contacté l'avocate de l'aide juridique alors qu'il se trouvait au Centre opérationnel Sud du Service de police la Ville de Montréal. L'homme originaire de La Conception dans les Laurentides a éprouvé un malaise dans les heures qui ont suivi son arrestation, le soir des élections, forçant son hospitalisation.

Me Duclervil n'a pas été en mesure de rencontrer son client avant qu'il soit conduit au palais de justice de Montréal pour sa comparution, jeudi, à la suite d'un imbroglio entourant l'hôpital où se trouvait le sexagénaire.

«M. Bain revenait de l'hôpital. Il avait toujours son bracelet et un pansement taché de sang. Je lui ai lu brièvement les 16 chefs d'accusation avant sa comparution», fait savoir Me Duclervil.

(Photo archives Agence QMI)

Richard Henry Bain a subi un second malaise le 6 septembre, en soirée. Il a obtenu son congé de l'hôpital le lendemain. Il est détenu à l'infirmerie du Centre de détention de Rivière-des-Prairies depuis.

«Il est visiblement affecté physiquement. C'est un homme de 61 ans qui n'a jamais été incarcéré», se borne à dire son avocate qui ne veut pas commenter l'état psychologique de son client.

Pour le moment, Me Duclervil a en main une partie de la preuve contre Bain. «C'est essentiellement des témoins qui étaient sur les lieux, des ambulanciers, des constables. Le reste suivra.»

L'avocate tient à dire que son client, qui est propriétaire d'une pourvoirie, ne profite pas pour le moment de l'aide juridique. «Il a fait appel à nos services, sa situation financière est à l'étude. Nous avons émis un certificat conditionnel».

L'accusé reviendra en Cour le 11 octobre pour la suite des procédures

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.