/news/homepage

Le PQ va fermer Gentilly-2

Centrale nucléaire

Au premier jour de son mandat, la première ministre Pauline Marois a annoncé la fermeture éventuelle de la centrale nucléaire d'Hydro-Québec Gentilly-2, dans la foulée de la réunion de son premier conseil des ministres. Elle entend ainsi remplir sa promesse électorale.

En plus de procéder par décret à l'abolition de la hausse des droits de scolarité, d'abroger dès vendredi certaines dispositions du projet de loi 78 (Loi 12) et de confirmer l'abolition de la taxe santé, le gouvernement Marois a réaffirmé son engagement de déclasser la centrale nucléaire de Bécancour.

«Je veux que ce geste devienne un symbole de l'engagement du Québec pour l'environnement et le bien-être des générations futures», a déclaré Mme Marois lors de son tout premier point de presse dans ses nouvelles fonctions.

Cette fermeture devra toutefois se faire «correctement» et «dans l'ordre», a souligné la première ministre. C'est dans cette optique qu'elle a demandé à sa ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, et à Hydro-Québec de produire un «rapport complet sur les différentes implications et conditions dans lesquelles une telle fermeture se déroulerait».

Fonds de 200 millions $

Pauline Marois a confirmé la création d'un Fonds de diversification économique pour le Centre-du-Québec et la Mauricie afin de compenser la perte d'activité économique liée à la fermeture de la centrale. «Une somme de 200 millions $ est réservée pour commencer à réfléchir à la diversification de la région», a indiqué la première ministre.

«Dramatique» selon le PLQ

Bien que prévisible, la députée libérale de Trois-Rivières, Danielle St-Amand, a très mal réagi à cette annonce. «On est en colère, on est déçu. Il y a quand même un rapport de la Sûreté canadienne nucléaire qu'on attendait [...] c'est vraiment un geste précipité, précoce», a-t-elle confié en entrevue.

Une décision «dramatique» pour les 800 employés spécialisés qui «vont quitter la région», anticipe-t-elle. Mme St-Amand lance un appel à la mobilisation pour sauver la seule centrale nucléaire québécoise, qui produit 2% de l'électricité de la province.

Réactions positives

Sans surprise, Québec solidaire a réagi positivement à cette annonce, se réjouissant de la création d'un fonds de diversification économique. «Il reste maintenant à voir comment elle gérera ce dossier et comment son gouvernement se comportera dans le dossier du nucléaire en général. Nous les surveillerons plus particulièrement sur la gestion des déchets nucléaires et l'exploitation de mines d'uranium sur notre territoire», a réagi la députée de Gouin, Françoise David.

Groupes antinucléaires

Pour André Bélisle, de l'Association québécoise contre la lutte à la pollution atmosphérique, il s'agit d'un «grand jour pour l'environnement et la santé de la population». Celui qui milite depuis 1992 pour la fermeture de la seule centrale nucléaire au Québec croit que la province possède un très grand «potentiel d'énergie propre» et que Pauline Marois a fait le bon choix.

Le professeur Gordon Edwards, président du Regroupement pour la surveillance du nucléaire, salue une décision qui «est conséquente avec la politique énergétique du Québec».

«Même les libéraux avaient admis que l'énergie nucléaire n'avait pas vraiment d'avenir au Québec», a dit M. Edwards, qui croit que la province aura la chance unique de développer l'expertise «très recherchée à l'international» du démantèlement d'installations nucléaires.

Dans les faits, l'ex-ministre Clément Gignac avait répété à maintes reprises que le Parti libéral avait un «préjugé favorable» à la réfection de la centrale nucléaire, une opération qui coûterait environ 3 milliards $ selon diverses estimations, en se basant sur la réfection de la centrale jumelle de Point Lepreau au Nouveau-Brunswick. Le déclassement de la centrale devrait tout de même coûter près de 2 milliards $ à Hydro-Québec.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.