/regional/quebec/quebec

Les écoles se dotent d'un système de cartes à puce

Sécurité des élèves en Beauce

Mathieu Galarneau

La Commission scolaire de la Beauce-Etchemin (CSBE) implante un système de cartes à puce dans ses écoles primaires afin de restreindre l'accès à ses établissements et ainsi améliorer la sécurité des élèves et employés. En tout, 56 écoles et trois sièges sociaux seront munis de ce système.

Les entrées des écoles seront équipées d'un système de reconnaissance à puce électronique qui ouvrira les portes. Les visiteurs non annoncés devront communiquer directement avec le secrétariat de direction via interphone pour accéder à l'édifice.

Malgré le coût d'implantation de 730 000$, la commission scolaire croit que l'implantation sera rentable.

«On va pouvoir faire des économies à moyen et long terme. Quand un enseignant ou un membre du personnel perdait sa clé, et qu'on dénotait plus d'activités dans une école, on devait changer les serrures», a expliqué le directeur des ressources matérielles de la CSBE, René Roy.

Lorsqu'un employé perd sa carte, il suffit de la désactiver et de lui en fournir une nouvelle. La première carte est offerte gratuitement au personnel. Cependant, si un employé la perd, il devra débourser un certain montant pour la remplacer.

La puce peut également être programmée pour fonctionner seulement durant une certaine période. «C'est utile si, par exemple, durant l'été, on a des entrepreneurs qui viennent travailler dans une école ou si on loue une salle. On peut dire: la puce va fonctionner du lundi au vendredi, de 8h à 17h» a souligné M. Roy.

Au secondaire?

La commission scolaire a commencé par implanter le nouveau système dans ses écoles primaires parce que c'est le «plus gros morceau», a indiqué M. Roy. Les entrées et sorties y sont plus faciles à contrôler qu'au secondaire, selon lui.

Pour ce qui est de l'implantation au niveau secondaire, «la réflexion est toujours en cours, mais c'est l'objectif qu'on voudrait atteindre. On va laisser le temps au système de s'implanter au primaire. Ce serait pour l'été 2014», a expliqué le directeur.

Jusqu'à présent, la CSBE estime avoir une bonne collaboration au niveau des écoles, des professeurs et du personnel de soutien, pour son implantation.