/regional/montreal/montreal

Des paysages spectaculaires peints à l'aérosol

Coup de Chapeau

L'an dernier , Line, ma conjointe s'est faite photographier en faisant semblant d'entrer dans une murale représentant son enfance. Nous étions en bordure de la rivière des Mille-Îles dans le Vieux-Ste-Rose. C'était d'un réalisme, c'était vivant! J'avais mis ça de côté depuis puisque je n'étais pas retourné dans le secteur.

Puis, voilà, il y a quelques semaines, le conseiller municipal Denis Robillard me donne un coup de fil pour me demander si je connais Olivier Gaudette, un ex- graffiteur qui a décidé d'utiliser ses cannettes de peinture pour embellir la vie dans certains quartiers.

(Réjean Léveillé, TVA Nouvelles)

«Faut que tu le rencontres, il est un peu timide en entrevue, mais quand tu vas voir ce qu'il fait, tu n'en reviendras pas». Je lui demande si on parle du gars qui a redonné vie au vieux chalet des patineurs au bord de la rivière. Il s'empresse de me le confirmer.

(Réjean Léveillé, TVA Nouvelles)

Olivier Gaudette essaie de sortir de l'ombre. «J'avoue que jusqu'à maintenant, je n'osais pas frapper aux portes. J'étais plutôt du genre à espérer que le téléphone se fasse entendre mais j'aime tellement sortir mes cannettes de peinture pour m'amuser, que je suis prêt à essayer de vivre de ça».

Je lui demande s'il a eu ses années graffiteur... «Oui et je ne renierai pas cette période-là. Lorsque tu fais de la peinture avec des canettes, tu ne peux pas te laisser aller dans une garde-robe. Ça prend de la place. Par contre, je me faisais un point d'honneur de ne pas dissimuler les numéros de wagons pour ne pas nuire aux opérations dans les cours de triage. Je vous dirais cependant que c'est l'fun de savoir que tes murales se promènent d'un bout à l'autre du pays».

(Réjean Léveillé, TVA Nouvelles)

Sur ce point précis, le conseiller municipal Denis Robillard, réplique que l'avenir d'Olivier est pas mal plus dans ce qu'il fait ici dans la région que sur les trains. Lui, il est convaincu que le réalisme et la perspective des œuvres finiront par lui ouvrir de belles portes.

Celui qui est maintenant le père de deux garçons se promène un peu partout dans la région montréalaise et il se fait une tête en croisant un mur. De temps à autre, il va frapper à la porte du propriétaire et lui propose ses services. «Je te dirais que chaque fois que je passe devant une de mes murales, j'ai toujours le goût d'y retoucher, de m'amuser un peu plus, mais la plupart du temps, en voyant la réaction du monde, je finis par me dire que ça a du sens et je les montre à mes deux garçons, mais ce qui me fait encore plus plaisir, c'est lorsque les gens me disent que j'ai reproduit quelque chose qui ressemble à leurs belles années, ça, c'est payant».

(Réjean Léveillé, TVA Nouvelles)

Olivier, tu me permettras d'ajouter ma voix à celle des autres parce que les années de ma propre enfance sont pas mal bien illustrées autour du vieux chalet des patineurs, merci pour ce clin d'œil. - Réjean Léveillé

Visitez le site du graffiteur au oliviergaudette.com

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.