/regional/quebec/quebec

L'autoroute Henri-IV élargie dès 2014

Québec

TVA Nouvelles

Le ministre des Affaires municipales et des Transports, Sylvain Gaudreault, s'est engagé à élargir l'autoroute Henri-IV dès 2014 à la suite de sa première rencontre avec le maire de Québec, Régis Labeaume.

«On parle le même langage», a indiqué le ministre à la sortie de ses bureaux, situés à l'arrière de l'hôtel de ville de Québec. Les deux politiciens semblent effectivement sur la même longueur d'onde.

Le projet d'élargissement de l'autoroute Henri-IV de quatre à six voies sur ses tronçons les plus étroits se ferait au coût de 400 millions $ et les travaux, à la mesure de ceux qui ont présentement cours sur l'autoroute Robert-Bourassa, pourraient s'échelonner sur quatre ans.

Des travaux qui seront les bienvenus... une fois terminés puisqu'il passe pas moins de 107 000 véhicules par jour sur la portion la plus achalandée de l'autoroute Henri-IV, entre l'échangeur des ponts et l'autoroute de la Capitale.

Le maire Labeaume est ravi de cette décision d'élargir l'autoroute, qui connaît des ralentissements déjà importants le jour, le soir et la fin de semaine.

«On ne pouvait pas commencer plus tôt. C'est une décision importante. Il faut finir (l'autoroute) Robert-Bourassa. Aussitôt que c'est terminé, le ministre nous annonce que les travaux commencent immédiatement. C'est une super nouvelle.»

Quelques jours après sa nomination, le ministre Gaudreault avait laissé entendre que le projet de l'autoroute Henri-IV n'était pas une priorité et qu'il voulait privilégier les projets de transport en commun.

La ministre responsable de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, avait démenti cette information.

Les projets de travaux routiers qui ont été annoncés sous le règne de Jean Charest ne sont pas «compromis», a ensuite assuré le nouveau ministre des Transports.

Le ministre a affirmé qu'il voit tous les axes autoroutiers de Québec et leurs problèmes de congestion du haut de son bureau.

Le ministre Gaudreault est aussi très enthousiaste quant au dossier du tramway. «Je trouve ça extrêmement intéressant.»

Pour ce qui est du projet de réaménagement à la tête des ponts, il faudra attendre encore un peu.

Les deux politiciens ont également discuté brièvement des mesures qui pourraient permettre aux municipalités de se prémunir contre la collusion entre les entrepreneurs qui soumissionnent pour des travaux d'infrastructures municipales. «Ce n'est pas simple», a dit M. Labeaume.