/regional/montreal/montreal

Des souverainistes et fédéralistes s'affrontent

Retrait du drapeau canadien à l'Assemblée nationale

Une cinquantaine de souverainistes et de fédéralistes se sont affrontés verbalement sur la question du retrait du drapeau canadien à l'Assemblée nationale, dimanche après-midi, à la Place du Canada, à Montréal.

Les premiers ont dit appuyer la décision du gouvernement Marois de retirer le drapeau canadien de l'Assemblée nationale tandis que les fédéralistes ont dénoncé le geste. Les défenseurs des deux clans se sont affrontés lors d'échanges verbaux agrémentés de légères bousculades. Les policiers, environ une dizaine, sont alors intervenus pour ramener le calme.

Mike King, l'organisateur principal de la rencontre, a affirmé d'emblée ne pas être d'accord avec les visées indépendantistes du Parti québécois.

«Nous trouvons que les politiciens créent trop de divisions, a-t-il lancé à la foule, sous les applaudissements de ses partisans. C'est le temps de ramener la tolérance au Québec. C'est le temps de ramener le Canada dans le Québec.»

Plusieurs anglophones étaient présents pour faire valoir leur mécontentement, notamment sur la question de la langue. «Je trouve cela inacceptable que des ambulanciers refusent de donner des soins à des anglophones, a affirmé Jimmy Kalafatidis, un des organisateurs. Il faut que le premier ministre Harper nous aide à dénoncer ces atrocités.»

«Le Québec fait partie du Canada, il n'appartient pas seulement aux francophones. Il faut y accepter tout le monde qui veut s'y installer, avec ses coutumes, ses habitudes et la langue qu'il parle», a ajouté un autre participant, qui a préféré garder l'anonymat.

Les réseaux sociaux s'enflamment

Au départ, l'idée était de rassembler uniquement ceux qui ne sont pas d'accord avec le retrait du drapeau canadien. Une page a été créée sur Facebook et presque 1000 personnes ont adhéré à l'idée.

Par la suite, une deuxième page a été mise en ligne, cette fois-ci rassemblant les souverainistes qui appuient le gouvernement. Ceux-ci ont décidé de se joindre à la manifestation.

Des deux côtés, on souhaitait réunir le plus de manifestants possible, question de prouver qui a le plus de poids.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.