/news/homepage

Rizzuto confronté par des enquêteurs de la SQ

Cité à comparaître devant la commission Charbonneau

L'ex-parrain de la mafia montréalaise, Vito Rizzuto, comparaîtra devant la commission Charbonneau. Un représentant de la commission se trouvait en compagnie de deux enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) lorsque ceux-ci ont rencontré à l'improviste Rizzuto. C'est à ce moment qu'il a reçu sa citation à comparaître.

Le mafieux Vito Rizzuto, de retour au pays depuis le 5 octobre dernier, a eu droit à cette rencontre en pleine rue, alors qu'il se trouvait à Montréal, lundi.

(archives, Agence QMI)

Rizzuto, que certains experts soupçonnent d'être derrière l'assassinat récent de Joseph Di Maulo, a été coincé par des enquêteurs chevronnés dans le milieu du crime organisé.

Même si Vito Rizzuto ne reste pas dans la métropole de façon continue, les policiers eux savaient où et quand le cueillir. Il s'agirait de la toute première confrontation entre les forces de l'ordre et le fils du parrain de la mafia, Nicolo Rizzuto, depuis son retour au pays.

Cette rencontre provoquée n'a pas duré bien longtemps, mais a permis aux policiers d'obtenir certaines informations sur Rizzuto. Cette stratégie d'enquête a plusieurs objectifs selon Richard Dupuis, expert en enquêtes policières pour TVA Nouvelles.

«Ou bien on veut l'aviser qu'un attentat se prépare contre lui ou bien on veut faire une approche en mode renseignement.»

Les policiers se servent de cette rencontre notamment pour vérifier si Vito Rizzuto est accompagné d'un garde du corps. TVA Nouvelles a appris que lors de cette rencontre impromptue, Rizzuto portait un gilet pare-balles.

«Est-ce qu'il s'attend à être victime d'un attentat, est-ce qu'il est plutôt en "mode chasse" ou en "mode gibier"?»

Comme il portait un gilet pare-balles, il est possible de croire que les enquêteurs considéreront qu'il est en guerre, croit Richard Dupuis.

Cette tactique policière est justifiée selon l'expert étant donné l'importance de ce personnage dans le milieu de la mafia montréalaise.

«On ne peut pas se priver de rencontrer M. Rizzuto, ne serait-ce que pour échanger avec lui. On ne sait jamais quand il sera prêt à dialoguer avec les policiers, ou à limite fournir une information, aussi infime soit-elle», explique M. Dupuis.

Le policier à la retraite croit également que Rizzuto a certainement écouté attentivement les policiers lors de cette confrontation, mais n'a probablement pas été très loquace. «Il a sûrement dit de façon polie aux policiers qu'il était occupé ailleurs. Il a dû mettre fin rapidement à la conversation à moins qu'elle ne lui apporte quelque chose qu'il ne savait pas déjà», conclut Richard Dupuis.

- D'après les informations de Denis Thérriault

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie