/news/culture

Une soirée avec les bûcherons

Timber!

Vanessa Guimond

«Prière de ne pas manger de tourtière, fumer la pipe ou boire de caribou durant le spectacle.» Tel est l'avertissement que l'on sert au public avant que ne s'amorce chaque représentation de Timber!.

Assister à cette deuxième création du Cirque Alfonse, c'est plonger à pieds joints dans l'univers d'un camp de bûcherons où l'on ne fait pas que couper du bois.

Très théâtral, ce spectacle, qui accorde une grande place à la musique, met cependant un petit moment avant de vous en mettre plein la vue.

En effet, ce n'est qu'après avoir rigolé un bon coup que l'on vous sert une multitude de numéros qui, s'ils ne sont pas toujours à couper le souffle, ont à tout le moins le mérite d'être uniques en leur genre.

Afin de rester fidèles à l'univers qu'ils ont créé, les concepteurs de Timber! ont choisi de remplacer tous les appareils de cirque par des objets «bruts» que l'on pourrait retrouver dans tout chalet ou grange digne de ce nom.

Recette gagnante

Pour entendre autre chose que des rires dans la salle, il a fallu que les artistes de Timber! se lancent dans un numéro original de barre russe -ou devrais-je plutôt dire de «branche d'arbre». Les porteurs et les acrobates ont alors offert une prestation précise, qui ne manquait pas d'audace.

Ajoutez à cela l'ambiance musicale assurée en direct par trois musiciens et la présence toujours appréciée du doyen du groupe (le père d'Antoine et Julie, deux acrobates du spectacle) et vous obtenez la recette Timber!.

(Crédit: Agence QMI)

Après avoir été attaqué de toutes parts alors qu'il se trouvait dans sa bécosse, le pauvre grand-père s'est vu propulsé dans les airs grâce à la magie d'un système de poulies. La foule, qui avait visiblement le béguin pour ce personnage à la fois drôle, grincheux et attachant, n'a pu s'empêcher de retenir son souffle en le voyant rebondir dans les airs comme s'il venait de faire un saut à l'élastique.

Jongler avec des haches

Qui serait assez fou pour même penser jongler avec des haches? Eh bien, quatre des artistes en vedette dans ce spectacle ne craignent visiblement pas assez les coupures pour ne pas s'échanger ces outils tranchants en les faisant tournoyer dans les airs.

À un certain moment, l'un d'entre eux a même été assez courageux pour se positionner dans le champ de tir de ses deux camarades. Fous, vous dîtes? Tellement que nous avons eu peur lorsque nous les avons vus sortir leur scie passe-partout. Et nous avons eu raison, puisque les acrobates l'ont utilisée comme cerceau chinois. Ils se sont même permis quelques pirouettes qui nous rappelaient l'époque de la bonne vieille corde à danser.

Malgré sa dose de folie, Timber! nous réserve aussi quelques moments où l'on mise sur les émotions et la beauté. C'est le cas du monologue du grand-père à l'intention de son petit-fils Arthur, âgé d'un an et demi, que Julie, sa mère, amène réellement sur scène. On aurait également pu vous parler du numéro de «sangles» qui la met en vedette aux côtés de l'acrobate Jonathan Casaubon, le père du petit Arthur.

Bref, Timber! est une belle et folle histoire de famille, qui en vaut le détour. Le spectacle du Cirque Alfonse sera présenté à la TOHU jusqu'au 31 décembre.