/regional/montreal/montreal

Un site web en français pour la CSEM

Enseignement

La Commission scolaire English-Montréal (CSEM) a annoncé aujourd'hui la création d'un site web 100% en français. Cette initiative vise à promouvoir l'excellence de l'enseignement du français dans ses écoles.

«Nous voulons que les parents francophones aient une ressource web à laquelle ils peuvent accéder facilement, notamment lorsqu'ils choisissent une école pour leur enfant», a expliqué Angela Mancini, présidente de la CSEM.

Dans les faits, la CSEM avait déjà un site web bilingue. «Nous voulions créer un portail spécifiquement conçu pour répondre aux questions des parents, a ajouté Mme Mancini. La navigation est facile et la présence de diverses vidéos le rend encore plus facile à suivre».

Des vidéos ont été mises en ligne sur le site pour démontrer le talent francophone des élèves et du personnel. D'autres présentent des membres du conseil municipal, dont le maire Michael Applebaum, qui s'expriment sur l'importance de savoir parler français de nos jours.

Selon les dossiers de la CSEM, 1637 élèves sur 20 412 sont francophones en raison de leur langue maternelle. «Nous sommes très fiers de la qualité de l'enseignement du français dispensé à nos élèves, a renchéri la présidente. Elle est en constante évolution».

Alan De Sousa, maire de l'arrondissement St-Laurent et lui-même immigrant, a reconnu l'importance de la langue française. «C'est un gros plus pour un enfant de savoir parler plus d'une langue, a-t-il affirmé. Le bilinguisme offre plusieurs avantages cognitifs, culturels et socioéconomiques». Jean-Marc Fournier, député de la circonscription de St-Laurent, a appuyé les dires du maire.

Le lancement du site noussommesbilingues.ca a eu lieu à l'école Gardenview de St-Laurent, l'une des premières écoles d'immersion française du pays. Les élèves des classes de cinquième année ont démontré leur savoir-faire bilingue en interprétant Le blues du cafard, une chanson entièrement écrite en français.

Une centaine de jeunes étaient présents. La plupart ont des parents qui maîtrisent aussi bien l'anglais que le français.