/regional/sherbrooke/centreduquebec

Marc Bellemare à la rescousse du père des enfants

Triple meurtre à Drummondville

Le père des trois jeunes enfants assassinés en décembre dernier à Drummondville juge l'aide financière de l'État insuffisant. Il souhaiterait obtenir une bonification de l'indemnisation que lui offre le programme d'indemnisation des victimes d'actes criminels (IVAC) afin de vivre son deuil.

L'IVAC ne considère pas Patrick Desautels comme une victime directe: il n'a pas été blessé physiquement lors des événements, c'est pourquoi il ne touche que l'indemnité minimale prévue, celle de 2000$ par enfant. M. Desautels a touché aussi le montant de base prévu afin de couvrir les frais funéraires, soit 3000$ par enfant.

Le jeune père de famille, travailleur autonome et entrepreneur, est en arrêt de travail depuis la mort de ses trois jeunes enfants, présumément noyés par leur mère, Sonia Blanchette.

Comble de malheur, Patrick Desautels ne peut avoir droit au programme fédéral de soutien du revenu pour les parents des victimes d'actes criminels. Ce programme, implanté par le gouvernement de Stephen Harper, n'est en vigueur que depuis le 1er janvier 2013 et les tragiques événements sont survenus quatre semaines plus tôt, le 2 décembre 2012.

Marc Bellemare, avocat (TVA Nouvelles)


Me Marc Bellemare, qui représente Patrick Desautels, conteste la décision de l'IVAC : si son client était considéré comme une victime directe, il aurait droit à 10 000 par enfant, soit 30 000 dollars de plus.

Voir l'entrevue avec Jean-François Desbiens au TVA Nouvelles 12 h
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.