/news/law

Tanya St-Arnauld raconte son agression

Enquête préliminaire de Nikolas Stefanatos

C'est sans perruque, à peine maquillée, et vêtue d'un chandail à manches courtes révélant ses cicatrices que Tanya St-Arnauld a témoigné à l'enquête sur remise en liberté de Nikolas Stefanatos, accusé de l'avoir aspergée d'acide.

C'est la première fois que la femme de 29 ans revoyait son agresseur présumé depuis le crime. Le drame remonte au 26 août dernier.

À ce moment, la victime habitait depuis peu avec le jeune homme de 27 ans, qui est accusé de voies de fait graves, voies de fait ayant causé des lésions et agression armée. Après une soirée bien arrosée, une dispute aurait éclaté entre eux. La jeune femme a notamment été brûlée à la tête, au visage et au thorax.

 


Tanya St-Arnauld et sa mère lundi matin au palais de justice de Longueuil.
(Crédit photo: Agence QMI)

 

Les cheveux de Tanya St-Arnauld sont très courts et laissent paraître les importantes cicatrices qu'elle a au fond de la tête.

«C'est ce que je vis tous les jours. Quand je me lève le matin, quand je me couche, quand je me regarde dans le miroir, c'est ce que je vois. Je voulais qu'il voie ce que je suis», a lancé Tanya St-Arnauld à la sortie de la salle d'audience.

Si elle a souvent porté une perruque lors de ses récentes sorties publiques, elle a plutôt préféré se présenter en cour au naturel.

«La perruque, ce n'est pas ce que je suis. Quand j'arrive chez moi, elle n'est pas là ma perruque», a-t-elle lancé.

Tanya St-Arnauld a longuement témoigné devant la juge Louise Leduc. Elle a répondu avec aplomb et assurance aux questions des avocates. Une ordonnance de non-publication nous empêche de révéler la teneur du témoignage.

À plusieurs reprises lors de son passage à la barre des témoins, la jeune femme a tenté d'attirer l'attention de Stefanatos, le fixant alors qu'il prenait place dans le box des accusés.

«Je cherchais son regard des yeux, a-t-elle confié après l'audience. C'est spécial de le voir et de ne pas pouvoir lui adresser la parole.»

 


Nikolas Stefanatos est accusé de voies de fait, de voies de fait causant des lésions et d'agression armée.
(Crédit photo gracieuseté Facebook)

 

L'accusé, vêtu d'un veston, d'une chemise blanche et d'un pantalon noir n'a pas posé ses yeux sur elle, fixant plutôt devant lui.

Plusieurs amis et membres de la famille de la jeune femme ont tenu à assister à cette étape du processus judiciaire. Certaines personnes se sont même fait refuser l'accès à la salle, par manque de places.

Alors qu'elle allait poursuivre son contre-interrogatoire au retour de la pause du dîner, Tanya St-Arnauld a eu un malaise. L'audience a repris quelques minutes plus tard.

Elle avait alors repris du mieux et répondait avec énergie. Elle n'a pas hésité à reprendre l'avocate de la défense, Me Mélanie Grégoire, lorsqu'elle n'était pas en accord avec ce qu'elle venait d'avancer.

L'avocate de la Couronne, Me Erin Kavanagh, a aussi brièvement fait entendre l'enquêteur au dossier, Jonathan Bouchard. L'amie et ancienne colocataire de Tanya St-Arnauld, qui a passé les heures précédant le drame avec l'accusé et la victime, a aussi été entendue.

Grâce à son passage à l'émission Anderson Live, animé par l'américain Anderson Cooper, Tanya St-Arnauld sera traitée au laser dans un hôpital de la Floride.

Elle s'est rendue à New York le mois dernier afin de participer à l'émission du célèbre journaliste. Sur le plateau, on lui a annoncé qu'une dermatologue de Miami, Jill Waibel, lui offrait un billet d'avion pour qu'elle puisse subir des traitements pour ses cicatrices. La victime, qui devrait être traitée dès le printemps, s'est réjouie de cette nouvelle.

«Ça ne sera pas parfait à 100%, mais ce sera déjà mieux que ce ne l'est là», a-t-elle dit à la sortie de la salle d'audience.

Un policier en scène de crime doit témoigner mardi matin.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.