/news/politics

Milioto menacé d'outrage au tribunal

Commission Charbonneau

Hugo Bourgoin | TVA Nouvelles

L'ex-président de Mivela Construction, Nicolo Milioto, est allé trop loin cet avant-midi lors de son témoignage devant la commission Charbonneau faisant sortir de ses gonds la présidente qui l'a par la suite menacé de l'accuser de parjure et d'outrage au tribunal.

Alors que la procureure en chef, Me Sonia LeBel, questionnait le témoin sur la journée où il a été filmé en train de recevoir de l'argent de Lino Zambito au Consenza, M. Milioto s'est braqué et a refusé de répondre, provoquant la colère de France Charbonneau.

«Vous n'avez pas à décider de la pertinence des questions. [...] Nous allons suspendre et je vais dire à votre avocat de vous expliquer ce qu'est un outrage au tribunal et je vais également lui demander de vous expliquer ce qu'est une accusation de parjure. Nous allons revenir après la pause et vous allez devoir répondre aux questions», a tranché la présidente.

Zambito au Consenza

Au cours de l'avant-midi, la procureure a longuement questionné Nicolo Milioto pour tenter d'éclaircir le mystère autour du club Consenza. Me LeBel a ainsi nommé une longue liste de noms (dont Paolo Renda et Francesco Arcadi), demandant au témoin s'il connaît ces personnes et s'il les a déjà rencontrées au célèbre café.

La commission a ensuite montré à l'ex-président de Mivela les images captées par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à l'intérieur du Consenza dans le cadre du projet Colisée et sur lesquelles il apparaît le 24 décembre 2005.

On y voit Lino Zambito, alors entrepreneur, remettre une liasse d'argent à Nicolo Milioto dans la pièce du fond du café alors que les deux hommes discutent de longues minutes. La procureure a une fois de plus tenté de savoir si Zambito avait dit à Milioto pourquoi il donnait de l'argent à Nicolo Rizzuto senior, ce que le témoin avait dit ignorer, hier.

«Quelles sont les explications que M. Zambito vous donne? On voit que vous discutez...» a demandé Me LeBel. «Aucune explication. Il me demande de faire un service et je le fais», a répondu Milioto. «On vous remet une liasse de billets de deux pouces d'épaisseur et vous ne demandez pas pourquoi?» a ajouté la procureure, visiblement impatiente.

Lors de son témoignage l'automne dernier, Lino Zambito avait raconté qu'il remettait à Nicolo Milioto une ristourne de 2,5% des contrats octroyés par la Ville de Montréal.

«Étiez-vous chargé de ramasser une ristourne pour la mafia, M. Milioto?» a demandé la procureure après avoir exposé ce fait au témoin. «Non», a répondu ce dernier. Nicolo Milioto a d'ailleurs qualifié de «banal» le fait de prendre de l'argent de Lino Zambito pour le remettre à Rizzuto senior.

L'argent passait par Sollecito

La commission a par la suite diffusé sept autres extraits de la surveillance vidéo (allant de décembre 2004 à décembre 2005) faite par la GRC au club Consenza. Chaque fois, Nicolo Milioto est présent avec Rocco Sollecito et les hommes s'adonnent au même manège: le président de Mivela sort des liasses d'argent et les remet à Sollecito.

C'est ce dernier qui, par la suite, devait remettre l'argent provenant de Lino Zambito à Nicolo Rizzuto senior. La procureure LeBel a alors questionné le témoin à savoir pourquoi il ne remettait pas lui-même l'argent à Rizzuto, d'autant plus que le présumé patriarche de la mafia montréalaise a pris part à trois des rencontres entre Milioto et Sollecito.

Chaque fois, le témoin a trouvé une excuse en apparence bidon pour expliquer la remise de l'argent à Sollecito. Une fois, raconte-t-il, Rizzuto «était au téléphone». Une autre fois, Sollecito était «plus près» de lui que Rizzuto. Me LeBel a alors évoqué l'hypothèse d'une hiérarchie.

Lors de la rencontre du 24 décembre 2004, les trois hommes s'assoient à une table, Milioto sort des liasses d'argent et le trio discute de longues minutes en comptant l'argent. Nicolo Milioto quitte finalement avec dix billets de banque (dont on ignore la valeur) en les mettant dans la poche intérieure de son veston.

Pourquoi quitte-t-il avec de l'argent qu'il a lui-même amené? «Peut-être que M. Rizzuto voulait que j'aille faire une commission? C'est une possibilité», a raconté le témoin, sous serment, devant la commission. Lorsque la procureure en chef lui a demandé s'il était possible que cet argent lui soit destiné personnellement, Milioto a été catégorique et a répondu par la négative.

Il a aussi été possible d'apprendre, encore une fois grâce à une preuve vidéo, que Nicolo Milioto a aussi accepté un montant d'argent de la part d'Alex Sciascia au club Consenza. Encore là, le témoin n'a pas été en mesure d'expliquer pourquoi il avait reçu cet argent et ce qu'il en avait fait par la suite.

Aucune connaissance de la mafia

Plus tôt en matinée, l'ex-président de Mivela Construction a expliqué qu'il n'avait pratiquement aucune connaissance de la mafia. Questionné, il a affirmé ne jamais avoir entendu parler de pizzo au Canada.

«Qu'est-ce que la mafia?» a alors demandé Me Sonia LeBel. «Je ne peux pas vous expliquer, je ne connais pas ça. [...] Est-ce que c'est quelqu'un qui tue? Est-ce que c'est quelqu'un qui vole? Est-ce que c'est quelqu'un qui vend de la drogue? Je ne sais pas», a répondu le témoin, affirmant avoir entendu parler de la mafia seulement par les médias.

MISES À JOUR

16h16 - Les audiences publiques sont ajournées jusqu'à demain matin.

16h08 - On visionne un extrait du Consenza du 22 décembre 2005. Milioto sort de l'argent et le donne à Sollecito. Environ une heure plus tard, on voit Sollecito remettre encore une fois l'argent à Renda. Quinze minutes plus tard, on aperçoit Sollecito en compagnie de Rizzuto qui se voit remettre lui aussi de l'argent. Procureure demande s'il s'agissait d'une part de ristourne pour Rizzuto et d'une part de ristourne pour Renda. Milioto dit l'ignorer.

16h06 - Selon les enquêteurs, c'est Paolo Renda qui a récupéré l'argent dans la vidéo. Témoin dit ignorer pourquoi Sollecito aurait remis à Renda de l'argent destiné à Rizzuto.

16h00 - On visionne un extraitdu Consenza du 8 juillet 2005. On voit Milioto et Sollecito. Milioto dépose de l'argent sur la table. Procureure fait remarquer que malgré ses 70 heures de travail par semaine, le témoin prend la peine de faire une commission pour Lino Zambito. [ON AVANCE 10 MINUTES PLUS TARD] Sollecito prend l'argent dans le tiroir où il l'avait rangé et le remet à un homme qui n'est pas identifié par Milioto, mais qui ne serait pas Rizzuto.

15h58 - Normalement, la saison de travail de Mivela allait du 1er mai au 1er décembre environ. Milioto travaillait 70 heures semaine, dit-il. Jamais d'arrêt l'été.

15h48 - Concernant le transport d'argent pour Lino Zambito, Milioto dit qu'il ne recommencerait pas aujourd'hui. «J'ai fait une erreur, je ne suis pas fier de ce que j'ai fait.» «Je ne savais pas que c'était un crime. J'ai fait un service.»

15h40 - «Étiez-vous l'intermédiaire entre le chef de la mafia montréalaise et les entrepreneurs?» «Non.» «Avez-vous récolté une ristourne de 2,5% auprès des entrepreneurs?» «Non.» «Est-ce que l'argent que vous avez amené au nom de Lino Zambito constituait une ristourne?» «Aucune idée.» «Êtes-vous membre du crime organisé?» «Non.»

15h38 - Milioto dit ne jamais avoir demandé à Zambito pourquoi il ne faisait pas ses commissions lui-même.

15h34 - On reprend les travaux. Procureure demande à quel endroit Zambito remettait l'argent à Milioto, à part la fois où il l'a fait au Consenza. «Quelques fois à Laval, quelques fois à Montréal, mais je ne me souviens pas des endroits.»

15h00 - PAUSE

14h58 - La procureure en chef cherche à comprendre pourquoi il cache dans ses chaussettes l'argent destiné à Rizzuto ou provenant de lui et pourquoi il ne fait pas la même chose avec celui de Sciascia. Réponse vague.

14h50 - On visionne un extrait du Consenza du 18 avril 2006. On voit Sciascia, Milioto et deux hommes que le témoin est incapable d'identifier. Plusieurs minutes plus tard, Sciascia dépose de l'argent sur la table et en donne une part à Milioto qui le met dans sa poche. Ce dernier vient pourtant tout juste d'affirmer que jamais Sciascia ne lui avait prêté d'argent.

14h48 - On visionne un autre extrait de la même journée, quelques secondes plus tard, dans la pièce du fond. Procureure demande pourquoi ils ont changé de place. «On voulait peut-être discuter d'un problème dans l'Association», affirme Milioto. Me LeBel suggère plutôt que les hommes discutaient du pizzo. Le témoin nie. «Jamais on n'a parlé de pizzo ou de choses comme ça.»

14h41 - On visionne un extrait du Consenza du 3 janvier 2006. On voit Milioto, Rizzuto et Sciascia dans la deuxième pièce. Témoin croit qu'ils discutaient alors de l'Association.

14h39 - On aborde la relation de Milioto avec Alex Sciascia.

14h31 - On poursuit une fois de plus la vidéo. Milioto prend deux liasses d'argent pour les mettre dans ses chaussettes. «Est-ce que c'était un autre emprunt de votre part?» demande la procureure. Témoin répond avoir emprunté une seule fois. Dit ne plus se souvenir pourquoi il a pris l'argent et ce qu'il en a fait par la suite.

14h24 - On poursuit la vidéo. Milioto et Rizzuto comptent les billets pendant plusieurs minutes. Le témoin ne se souvient pas de quelle(s) coupure(s) il s'agit. Les hommes discutent longuement. La procureure estime qu'il est «impossible» que Milioto ne se souvienne pas de la teneur de la conversation.

14h22 - Milioto est allé une fois au domicile de Rizzuto. Ne se souvient aucunement des circonstances.

14h18 - «D'où provenait cet argent? À quoi servait cet argent?» demande France Charbonneau. Milioto est incapable de répondre.

14h11 - On visionne un extrait du Consenza du 5 janvier 2005. On voit Milioto et Rizzuto. Ce dernier sort des liasses d'argent et compte. Milioto compte aussi l'argent. «Quelle conversation avez-vous avec lui pendant ce temps?» demande la présidente. «Je ne me souviens pas, ça peut être n'importe quoi.»

14h07 - On reprend les travaux. La présidente prévient le témoin que des propos «vagues et imprécis» peuvent entraîner un outrage au tribunal.

12h30 - PAUSE DU DÎNER

12h26 - Pourquoi ne pas aller à la banque pour emprunter au lieu du fond d'un café? «Parce que je ne payais pas d'intérêts», dit le témoin.

12h22 - Après avoir dit que Rizzuto lui avait prêté de l'argent une seule fois, Milioto évoque maintenant la possibilité que le patriarche ait pu lui prêter de l'argent pour construire une maison à Laval. L'année ne concorde toutefois pas avec cette vidéo. Milioto dit alors qu'il avait peut-être une dette.

12h20 - Sur la dernière vidéo (24 décembre 2004), on voit Rizzuto remettre cinq piles d'argent à Milioto. Témoin ne sait pas pourquoi. «C'est peut-être la fois qu'il m'a prêté de l'argent», explique-t-il.

12h17 - Procureure cherche à savoir quel genre de commission aurait pu faire Milioto pour Rizzuto. Témoin répond qu'il aurait pu aller à la boucherie, à la boulangerie ou acheter de l'eau. Alors que Me LeBel lui demande si cet argent aurait pu lui être destiné personnellement, Milioto est catégorique et répond par la négative.

12h05 - On visionne un extrait du Consenza du 24 décembre 2004. On y voit Milioto et Sollecito dans la pièce du fond. Rizzuto fait son entrée par la suite. Milioto sort de l'argent de sac et le donne à Sollecito au lieu de Rizzuto qui est assis directement à ses côtés. «Je lui avais déjà donné avant [que Rizzuto entre]», dit Milioto. Sur la vidéo, Milioto a un document dans les mains alors que Sollecito fait des piles d'argent. Milioto compte ensuite de l'argent alors qu'il dit toujours ignorer de quel argent il s'agit. Ne se souvient pas du montant. Ne se souvient pas des coupures de la liasse non plus. Après avoir compté une autre pile, Milioto met de l'argent dans son veston (dix billets dont on ignore la valeur). «Peut-être que M. Rizzuto voulait que j'aille faire une commission? C'est une possibilité», explique-t-il devant la commission.

12h03 - Milioto affirme qu'il ne faisait pas de suivi à savoir si Rizzuto recevait l'argent remis à Sollecito.

11h51 - On visionne un extrait du Consenza du 4 novembre 2005. Cette fois, on est dans la pièce du centre. Milioto se reconnaît et identifie Rizzuto senior avec lui. [CHANGEMENT DE CAMÉRA / PIÈCE DU FOND] On identifie cette fois Sollecito, Milioto et Rizzuto senior. Encore une fois, il donne argent à Sollecito au lieu de Rizzuto. «Il était plus proche.» Procureure évoque plutôt une hiérarchie. Sollecito fait des piles d'argent tout en le comptant. Il en donne une à Rizzuto et en met une autre dans sa poche arrière. Témoin dit ignorer pourquoi Sollecito garde une partie de l'argent.

11h46 - On visionne un extrait du Consenza du 2 juin 2005. Encore une fois, Milioto sort de l'argent de ses bas. Rizzuto senior est sur place, mais il donne plutôt l'argent à Sollecito parce que Rizzuto «est au téléphone». Témoin émet l'hypothèse que l'association avait peut-être commencé à vendre des billets pour le golf.

11h44 - Procureure tente une fois de plus de savoir pourquoi le témoin remettait de l'argent sans poser de questions. «Ce n'est pas mes affaires. Je suis un gars serviable.»

11h38 - On visionne un extrait du Consenza du 14 décembre 2005. Dans la pièce, Milioto et Sollecito. Milioto sort des liasses d'argent d'un sac de papier. «Il y en avait trop pour les mettre dans vos bas?» demande la procureure LeBel. Selon le témoin, l'argent provient de Zambito.

11h35 - On visionne un extrait du Consenza du 22 décembre 2005. Encore une fois, les deux personnes qu'on voit sont Milioto et Sollecito. Même scène que les autres jours: témoin remet de l'argent à Sollecito. Procureure fait remarquer qu'il ne semble y avoir aucune comptabilité, donc fortes possibilités qu'il s'agisse d'argent provenant de Zambito.

11h27 - On visionne un extrait du Consenza du 20 décembre 2005. On y voit encore Milioto et Sollecito. Encore une fois, Milioto sort de l'argent de ses chaussettes et le remet à Sollecito. Témoin pense que c'est encore de l'argent de Zambito, mais ne peut le confirmer.

11h24 - On visionne un extrait du Consenza du 27 mai 2005. Toujours dans la pièce du fond. On y voit Milioto et Sollecito. Milioto sort de l'argent de ses chaussettes et le donne à l'autre homme. Témoin dit que l'argent venait assurément de Zambito.

11h20 - On reprend. Procureure demande pourquoi il a remis l'argent à Sollecito et non pas à Renda ou quelqu'un d'autre.

10h45 - PAUSE

10h43 - La présidente se met en colère contre le témoin. «Vous n'avez pas à décider de la pertinence des questions.» Menace de parjure et d'outrage au tribunal.

10h41 - «Comment pouvez-vous faire confiance à M. Sollecito pour remettre de l'argent à M. Rizzuto?» demande Me LeBel. «Entre Italiens, on se fait confiance.» «Et vous cachiez de l'argent dans vos bas de peur de vous faire voler au Consenza?» demande la présidente Charbonneau.

10h37 - Procureure explique au témoin que lors du témoignage de Zambito, ce dernier a prétendu que l'argent remis était un pizzo de 2,5% des contrats obtenus de la Ville de Montréal. «Étiez-vous chargé de ramasser une ristourne pour la mafia, M. Milioto?» «Non.»

10h35 - Environ cinq minutes plus tard, sur la même vidéo, on voit Milioto sortir l'argent de ses bas et le remettre à Rocco Sollecito. Il lui dit que le remettre ensuite à Rizzuto de la part de Zambito.

10h32 - Milioto dit ignorer quelle somme d'argent lui a été remise à ce moment.

10h29 - Un peu plus tard, toujours dans la même pièce, on voit Lino Zambito en compagnie de Nicolo Milioto. Témoin dit discuter «de tout et de rien» avec l'entrepreneur. «Pourquoi aller dans la pièce du fond?» «Probablement qu'il y avait du bruit dans l'autre pièce», répond le témoin. Toujours sur les images, on voit Zambito remettre une liasse d'argent au témoin. «Quelles sont les explications que M. Zambito vous donne? On voit que vous discutez...» «Aucune explication», dit Milioto. «Il me demande de faire un service et je le fais.» «On vous remet une liasse de billets de deux pouces d'épaisseur et vous ne demandez pas pourquoi?»

10h28 - On visionne une autre vidéo de surveillance montrant la pièce du fond du Consenza. Le témoin n'est pas en mesure d'identifier les deux hommes qu'on y voit. «Je sais que je vous demande un exploit», dit la procureure LeBel.

10h26 - C'est dans la pièce du fond du Consenza que Zambito aurait donné de l'argent à Milioto le 24 décembre 2005. Ce dernier ne se souvient toutefois pas si Rizzuto senior était présent ou non ce jour-là.

10h22 - Nicolo Milioto reconnaît qu'il était sur place ce jour-là, mais éprouve de grandes difficultés à identifier des gens. Il se voit finalement sur les images en compagnie de Lino Zambito.

10h18 - On visionne une vidéo de surveillance électronique de la GRC à l'intérieur du Consenza. La vidéo a été prise le 24 décembre 2005. On y voit Lino Zambito. Le témoin a de la difficulté à identifier des gens. «C'est vraiment pas clair, je ne peux pas me prononcer.»

10h14 - Témoin qualifie de «banal» le fait de prendre de l'argent de Zambito pour le remettre à Rizzuto. Ne se souvient pas précisément si l'argent donné par Zambito était dans une enveloppe. «Ça pouvait être dans un sac, dans une enveloppe.»

10h11 - Milioto dit connaître Lino Zambito comme entrepreneur. Son père est originaire du même village que lui. «Je l'ai peut-être vu une fois ou deux au Consenza.»

10h03 - La procureure poursuit toujours l'énumération de noms en demandant au témoin s'il connaît ses gens et s'il les a déjà vus au Consenza.

9h55 - En prenant sa retraite, Milioto s'est aussi retiré de l'association Cattolica Eraclea.

9h53 - Rizzuto senior a déjà prêté 15 000 ou 20 000$ au témoin pour le mariage d'une de ses filles, raconte-t-il. Ne se souvient pas en quelle année exactement.

9h50 - Dit avoir déjà vu Paolo Renda au Consenza, mais ignore ce qu'il faisait dans la vie. A aussi vu Francesco Arcadi et Francesco Del Balso au Consenza. La procureure énumère aussi plusieurs autres noms associés au clan Rizzuto.

9h48 - «Pensez-vous que ça existe, la mafia?» demande Me Sonia LeBel. «Je ne sais pas.»

9h44 - Témoin a aussi connu Vito Rizzuto. «Je l'ai vu quelques fois dans des funérailles. Pas plus que ça.» Concernant la déportation de Rizzuto aux États-Unis, Milioto dit avoir lu cette nouvelle dans le journal. Dit cependant ignorer pourquoi il a été condamné.

9h41 - Témoin dit avoir appris par le journal que Nicolo Rizzuto senior était lié à la mafia.

9h39 - «Avez-vous déjà entendu parler de la mafia au Québec?» «Dans le journal, oui», répond le témoin.9h38 - La présidente demande au témoin s'il connaît la loi de l'omerta. Il répond et donne sa définition. «Ça veut dire que tu ne parles pas.»

9h36 - «Qu'est-ce que la mafia?» «Je ne peux pas vous expliquer, je ne connais pas ça. [...] Est-ce que c'est quelqu'un qui tue? Est-ce que c'est quelqu'un qui vole? Est-ce que c'est quelqu'un qui vend de la drogue? Je ne sais pas.»

9h35 - Me LeBel pose une première question

9h34 - Début des audiences publiques pour la journée. Nicolo Milioto s'amène à la barre et est assermenté.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie