/news/law

Contre-expertise psychiatrique

Procès de Tobby Carrier

Le procès pour meurtre de Tobby Carrier a repris, mercredi après-midi, au palais de justice de Rimouski avec la contre-expertise de l'état mental de l'accusé.

À la barre, un autre psychiatre a été appelé pour donner son diagnostic de l'accusé de 22 ans. La Couronne voulait présenter une contre-preuve en faisant témoigner un psychiatre à son tour.

La semaine dernière, une psychiatre qui témoignait pour la défense avait conclu que l'accusé avait vécu au moment des faits un épisode dissociatif et que Toby Carrier présentait une personnalité limite qui se caractérise par une instabilité émotionnelle.

La psychiatre, qui a rencontré Carrier à trois reprises pour un total de huit heures, avait expliqué que, selon elle, le jeune homme a subi un épisode de dissociation au moment du drame, le 31 mars 2009, ce qui fait que son corps et son esprit étaient séparés.

Doutant des explications de la psychiatre, la Couronne lui avait demandé si elle avait une formation spéciale sur le phénomène de la dissociation. La spécialiste a reconnu qu'elle n'en avait pas, mais qu'elle avait assisté à plusieurs conférences et beaucoup lu sur le sujet.

Mercredi, les avocats devaient présenter leurs plaidoiries puis le juge devait donner ses directives au jury. Les dix hommes et deux femmes devaient se retirer pour délibérer afin de rendre leur verdict.

Tobby Carrier est accusé du meurtre prémédité de son frère, Ismaël, et de tentative de meurtre sur ses parents, Chantal Michaud et Nelson Carrier. Les crimes se sont produits à l'intérieur du domicile familial de Matane, dans le Bas-Saint-Laurent.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.