/regional/estduquebec/gaspesie

Le maire de Rimouski propose un péage

Pierre Michaud

L'idée lancée par le maire de Rimouski, Éric Forest, à l'effet qu'on devrait envisager d'imposer un péage aux automobilistes pour faciliter le prolongement de l'autoroute 20 vers l'Est, est bien accueillie par différents intervenants socio-économiques.

«Une autoroute, c'est un vecteur de développement fondamental. À la limite, il va peut-être falloir un jour qu'on envisage un péage pour l'autoroute 20 ou une route 132 améliorée», a fait savoir M. Forest sur les ondes d'une station radiophonique locale.

«Tout est bon pour faire avancer le projet de l'autoroute 20 jusqu'à Rimouski. S'il y a des péages au Canada et aux États-Unis, si c'est bon ailleurs, pourquoi pas? On est peut-être rendus là», a indiqué le vice-président, dossiers infrastructures, de la Chambre de commerce et d'industrie Rimouski-Neigette, Steeve Lemieux.

Citoyens et commerçants

Un membre du Comité de citoyens Bic-St-Fabien sur l'autoroute 20, Maurice Bujold, a abondé dans le même sens. «Toutes les pistes sont bonnes. Si on regarde l'amélioration du réseau routier au Québec, il y a beaucoup de choses à faire. La 138 sur la Côte-Nord est un «tue-monde». Toutes les solutions qui permettent d'améliorer nos voies de communication, et aux voyageurs de contribuer aux échanges économiques, méritent d'être explorées.»

Le président de l'Association des marchands, Gilles Blaquière, estime de son côté que «c'est une idée comme une autre. Le prolongement de la 20, c'est un projet important qui doit se concrétiser. Il faut prendre les dispositions pour que ça se fasse un moment donné. Sinon, on devra remettre le compteur à zéro à chaque fois qu'on change de gouvernement. Améliorer les voix de circulation, c'est important, pour les marchands comme pour tout le monde».