/news/homepage

Un premier test pour le Bureau de la liberté de religion du Canada

Oppression religieuse au Tibet

Le nouveau Bureau de la liberté de religion du Canada créée par le gouvernement conservateur se penchera-t-il sur l'oppression religieuse au Tibet.

Le premier ministre tibétain en exil, Lobsang Sangay, a demandé au Canada, mardi, d'envoyer l'ambassadeur du Bureau, Andrew Bennett, dans cette région du globe pour faire enquête sur la centaine de Tibétains qui se sont immolés depuis 2009.

«La liberté de religion est l'une des principales raisons qui poussent des personnes à se sacrifier par le feu», a indiqué M. Sangay devant le comité des Communes des droits de la personne qui se penche sur les actes draconiens commis par des Tibétains sous le règne chinois.

Le gouvernement n'a pas indiqué s'il étudierait ou non la requête de M. Sangay, mais il a précisé qu'il fait régulièrement pression sur la Chine pour que le pays améliore son dossier en matière de droit de la personne. Il a également indiqué qu'il s'inquiétait des restrictions imposées sur «la culture, la langue et la religion» au Tibet.

M. Bennett devra obtenir l'approbation de la Chine s'il devait se rendre au Tibet.

Le premier ministre Stephen Harper a été la cible de critiques qui l'ont accusé d'avoir ignoré les cas d'abus des droits de la personne par la Chine au profit des relations commerciales avec ce géant économique.