/news/homepage

21,7 millions$ en un an et demi

Le gouvernement conservateur écoute les médias

Le gouvernement conservateur a dépensé près de 22 millions de dollars pour surveiller et analyser ce que disent les médias à son sujet. L'opposition se questionne sur cette importante somme qui a été dépensée en une année et demie seulement.

Le gouvernement de Stephen Harper est très soucieux de son image: chacune des apparitions publiques du premier ministre est soigneusement orchestrée.

Le gouvernement fédéral dépense aussi beaucoup d'argent pour savoir ce qui se dit sur lui. Selon des documents déposés aux Communes, on révèle qu'en 20 mois, Ottawa a dépensé 21,7 millions en contrats pour surveiller et analyser les médias.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

Une partie de cette somme a servi à payer des abonnements à des journaux, des magazines et divers services de presse.

Les ministères et organismes fédéraux ont aussi embauché des firmes pour garder un oeil sur les médias électroniques.

Transcriptions en direct de bulletins de nouvelles, résumés d'émissions de radio et même les médias sociaux sont surveillés.

Pour Peter Van Loan, leader du gouvernement à la Chambre des Communes, il est normal que les ministères surveillent ce que les Canadiens lisent, dit-il.


Le gouvernement évalue l'impact des médias
(Crédit photo: TVA Nouvelles)

L'opposition dit voir les choses autrement.

«Dépasser 20 millions dans 20 mois pour surveiller les médias, ça ne me semble pas comme quelque chose de normal», affirme Mathieu Ravignat, député du NPD.

«Tous les gouvernements dépensent quelque chose pour la surveillance des médias, mais c'est beaucoup trop élevé», d'ajouter le député libéral John McCallum.

Le ministère du premier ministre a déjà des employés chargés de surveiller les médias. Ceux-ci préparent des résumés des reportages qui touchent le gouvernement.

Le Bureau du conseil privé a quand même accordé pour près de deux millions et demi en contrats pour la surveillance des médias. Un demi-million a servi à avoir un oeil spécifiquement sur des médias culturels.

Les documents ne précisent pas combien le gouvernement dépensait pour les dernières années pour surveiller les médias. Au bureau du premier ministre, on affirme qu'un regroupement des contrats fait en 2008 permet d'économiser 18M$ par année.