/news/law

Plus de 60 000 $ en amendes pour le «Roi du taudis»

Logements insalubres

Claudio Di Giambattista, surnommé le «Roi du taudis», devra payer plus de 60 000$ d'amendes pour de graves problèmes d'insalubrité dans deux immeubles à logements dont il est propriétaire.

Le juge Stéphane Brière de la Cour municipale l'a reconnu coupable, mercredi matin, de 86 constats d'infraction pour insalubrité. Le montant des amendes varie de 200 à 1000 $.

M. Di Giambattista, absent aux audiences, bénéficie d'un délai de 30 jours pour verser les sommes exigées.

En début d'après-midi, le juge Brière s'est penché sur trois constats d'infractions d'entraves à des inspecteurs de la Ville. Quatre autres constats seront aussi examinés, portant pour leur part sur des coupures d'eau effectuées dans les logements. Des amendes d'un peu plus de 4000 $ ont été attribuées à l'homme de 83 ans pour ces fautes.

Le juge a pris la peine de féliciter l'avocat de la poursuite pour la qualité de preuves amassées dans ce dossier.

Nombreux démêlés

Le propriétaire d'immeubles de l'arrondissement Villeray-Parc-Extension n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice.

En plus des constats d'infraction pour insalubrité, des accusations de méfaits pèseraient aussi sur l'homme depuis tout récemment.

Le SPVM accuse Claudio Di Giambattista d'avoir faxé 612 pages au bureau de la police, ligne normalement utilisée pour traiter les urgences. Le fax aurait été occupé pendant plus de quatre heures «sans raison valable».

Ce geste pourrait lui coûter un montant qui demeure inconnu pour l'instant.

M. Di Giambattista cumule à présent 250 constats d'infraction et a été condamné à payer des dizaines de milliers de dollars d'amendes. Chaque fois, il choisit de les contester.