/news/homepage

29 chefs d'accusation contre Landry-Hétu

Un des criminels les plus recherchés du Québec

Le Hells Angels Frédéric Landry-Hétu, l'un des 10 criminels les plus recherchés du Québec, a été arrêté dans la nuit de vendredi à samedi par la Sûreté du Québec. Il fait face à 29 chefs d'accusation.

L'homme de 44 ans a été arrêté vers minuit dans un chalet à Saint-Michel-des-Saints, dans Lanaudière, dans le cadre d'une enquête. Il n'a pas tenté de résister à l'arrestation effectuée par des membres du groupe tactique d'intervention de la SQ.

Considéré comme violent, Frédéric Landry-Hétu était un membre du chapitre South des Hells Angels et était recherché en vertu d'un mandat pancanadien, depuis l'opération SharQc d'avril 2009.

Landry-Hétu n'a comparu que brièvement à 14 h 30, samedi après-midi, par vidéo-conférence. Sa prochaine comparution doit avoir lieu le 5 avril dans le cadre du dossier SharQc.

Son avocate, la criminaliste montréalaise Me Véronique Courtecuisse, n'a discuté que brièvement avec son client en matinée et n'a pu lui reparler après la comparution.

Tous les détails concernant les chefs d'accusation devraient être connus vendredi, mais il devrait notamment faire face à des accusations de meurtre, complot pour trafic de stupéfiants et gangstérisme.

Pendant sa cavale, Landry-Hétu a utilisé plusieurs noms d'emprunt, dont ceux de Bruce Luc Lefebvre, Michel Carrier, Mario Bergeron et Frédéric Langlois. Il a d'importantes compétences en informatique et aurait déjà possédé au moins une entreprise dans le domaine.

Le but de l'opération SharQc en 2009 était de mettre un terme aux activités illégales des Hells Angels. Le 15 avril 2009, 129 membres et relations du gang avaient été arrêtés lors du déploiement sans précédent qui regroupait 1200 policiers, mais 24 autres avaient réussi à s'échapper.

À ce jour, une douzaine de criminels sont toujours recherchés par les policiers de la Sûreté du Québec.

Les personnes qui détiennent de l'information sur ces individus recherchés sont invitées à communiquer avec la Centrale de l'information criminelle au 1 800 659-4264.