/news/law

Une cinquantaine d'ingénieurs sous enquête

Les effets de la commission Charbonneau

L'Ordre des ingénieurs en a assez des révélations faites à la commission Charbonneau et il a décidé d'agir. Il vient de radier deux membres condamnés pour fraude et corruption. La purge ne devrait pas cesser bientôt: l'Ordre a dans sa mire une cinquantaine d'autres ingénieurs.

Robert Fortin, l'ex-directeur de l'arrondissement Saint-Laurent, a été radié pour un an après avoir plaidé coupable en décembre 2005 pour abus de confiance. Il avait accepté des cadeaux d'Infrabec, l'entreprise de Lino Zambito, ainsi que de la firme Hortibec.

Un ami personnel

On peut lire dans la décision du conseil de l'Ordre des ingénieurs du Québec que «Lino Zambito et sa famille font partie des amis personnels de l'intimé». On y apprend également que M. Fortin, qui oeuvrait comme ingénieur depuis 1982, avait un «droit de regard sur tous les contrats auxquels l'arrondissement était partie avant qu'ils ne soient approuvés par le conseil d'arrondissement de qui il relève.»

L'arrondissement Saint-Laurent «entretenait depuis plusieurs années un important volume d'affaires» avec les deux firmes mentionnées.

Martin-Guy Pilote a aussi été radié pour un an. Il a été reconnu coupable par la Cour du Québec de cinq chefs d'infraction concernant de fausses factures.

D'autres ingénieurs dans la mire

«Ces deux décisions concernent des cas de corruption et de collusion, mais, par rapport à ce qu'on entend à la commission Charbonneau, c'est à plus petite échelle», convient Daniel Lebel, président de l'Ordre des ingénieurs du Québec.

«Malgré tout, ça donne des radiations d'une année», explique-t-il.

Selon M. Lebel, ces mesures disciplinaires établissent une base qui pourra servir de barème pour les fautes plus importantes.

Une cinquantaine d'ingénieurs font maintenant l'objet d'une enquête et, s'il n'en tient qu'à M. Lebel, «il y aura certainement des sanctions.»

D'après un texte de Charles Lecavalier