/news/homepage

Coups de feu dans une garderie; deux morts

Drame conjugal à Gatineau?

Un homme armé a fait irruption dans une garderie de Gatineau, cet avant-midi, avant d'ouvrir le feu sur un employé de l'endroit et possiblement retourner l'arme contre lui par la suite.

En début de soirée, le Service de police de la Ville de Gatineau a confirmé l'identité de l'une des deux victimes sans toutefois préciser le rôle de cette personne. Il s'agit de Robert Charron, un homme qui ne réside pas à Gatineau selon les informations de la police.

Les policiers connaissent l'identité de la seconde victime, mais ne peuvent pas en dire davantage, car la famille n'avait toujours pas été avertie en début de soirée.

Aucune autre personne n'a été blessée dans le drame, et les enfants qui fréquentent l'endroit sont tous sains et saufs.

Les événements sont survenus vers 10h30 à deux adresses de la rue Gamelin, appartenant à la garderie Racines de vie Montessori, située face à l'Hôpital de Hull.


(Agence QMI)

Le suspect se serait d'abord rendu au 225 Gamelin, où se trouvaient 48 enfants de 5 ans et moins. C'est à cet endroit qu'il aurait atteint sa victime. Il se serait ensuite dirigé à la seconde adresse de la garderie, au 229 Gamelin, où étaient gardés cinq poupons. C'est à cette adresse que son corps a été découvert et qu'il se serait enlevé la vie.

Des coups de feu ont été tirés aux deux endroits, et le tireur a employé un fusil de chasse.

«L'enquête déterminera si la même arme est reliée aux deux décès. Des expertises balistiques seront effectuées», peut-on lire dans un communiqué du SPVG.

Les corps du suspect et de sa victime ont été trouvés dans deux bâtiments différents.

(Agence QMI)

Les policiers, arrivés sur les lieux trois minutes après qu'un appel eut été fait, ont découvert un homme gisant au sol, une arme à feu à ses côtés. L'autre décès a été confirmé à l'hôpital.

En point de presse cet après-midi, Mario Harel, le directeur du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), a laissé savoir que le drame pourrait être lié à une séparation récente. «Nous pouvons confirmer deux décès, deux hommes, dont l'auteur des coups de feu.»

Mario Harel, le directeur du Service de police de la Ville de Gatineau. (Agence QMI)

Les enfants ont été évacués peu de temps après l'arrivée des policiers. Ils ont été transportés chez un voisin qui a accepté de les accueillir en compagnie de six éducateurs. L'évènement se serait déroulé sous leurs yeux.

«C'est un événement tragique, mais qui a su rassembler les ressources nécessaires pour faire une intervention la plus efficace possible», a ajouté M. Harel.

«Malgré les événements, en tant que maire, je suis fier que les policiers aient tout de suite pensé à appeler les parents afin de les aviser que leurs enfants étaient tous en sûreté, s'est exprimé Marc Bureau, le maire de Gatineau. J'aimerais aussi remercier le bon citoyen, le voisin, qui a accepté d'héberger les 53 enfants et les éducatrices tout de suite après les événements.»

(Agence QMI)

Dave Sugden était en route lorsqu'il a appris la nouvelle en écoutant la radio. Sa fille Hazel, âgée de quatre ans, était à la garderie. «J'étais terrifié. J'ai presque vomi dans la voiture en m'en venant», a-t-il raconté, ajoutant qu'à son arrivée sur les lieux, on lui a annoncé que son enfant était saine et sauve. Cependant, il n'a pas pu la voir avant 45 minutes.

La police de Gatineau invitait les parents à se rendre à l'intersection Gamelin et Lionel-Émond pour prendre leurs enfants en charge. Aux dernières nouvelles, presque tous les parents étaient venus chercher leurs enfants.

(Agence QMI)

«Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie», a dit Geneviève, une mère qui s'est ruée sur les lieux avec son mari. À l'inverse d'autres parents, la femme était plutôt calme après avoir récupéré son enfant dans l'autobus qui les hébergeait.

«Ce n'est pas comme si nous étions aux États-Unis ici, on nous a dit que tout était sous contrôle.»

Les événements ont engendré un important déploiement des services d'urgence. Une vingtaine de voitures de police ont été dépêchées sur place, alors que 60% des effectifs ambulanciers ont été mobilisés pour ce seul appel.


(Agence QMI)

Québec consterné

Se disant profondément consterné par ces événements tragiques, le ministre de la Sécurité publique du Québec et ministre responsable de la région de l'Outaouais, Stéphane Bergeron, a offert au nom du gouvernement et de la population ses condoléances aux familles des personnes décédées.

«Nos pensées accompagnent également les enfants, leurs parents et les membres du personnel qui ont été témoins de ces actes violents et qui en resteront assurément marqués à jamais», a souligné le ministre par voie de communiqué, vendredi.

Aide disponible

Le gouvernement s'est assuré de la disponibilité de toutes les ressources professionnelles d'aide psychosociale pour les personnes et familles affectées par la tragédie de Gatineau.

Il s'agit notamment de la ligne 8-1-1, et de la ligne 819 595-9999 du Centre 24/7 qui peut aider les parents désireux de savoir comment répondre aux questions de leurs enfants.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.