/news/homepage

Les grands-parents veulent des excuses de la SQ

Arrêtés au moment de l'incendie de Thurso

Alors qu'ils étaient en route pour l'hôpital de Hull après avoir appris qu'un terrible incendie avait détruit la maison de leur fille à Thurso, en Outaouais, et que deux fillettes manquaient à l'appel, les parents de Sandra Letang ont été arrêtés de façon plutôt brusque par des policiers de la Sûreté du Québec (SQ), le 17 avril dernier.

En entrevue au Négociateur, le conjoint de la mère de Mme Letang, Stéphane Marquis, a confié le traumatisme qu'ils ont vécu dans ce moment de stress intense.

Deux fillettes de 3 et 8 ans sont mortes dans l'incendie de la résidence familiale à Thurso, en Outaouais. (Archives, agence QMI)

«J'avais pris la 50, mais à cinq kilomètres de l'hôpital, à 7h du matin, la route était bloqué. Alors, j'ai décidé de prendre l'accotement», a-t-il expliqué.

Il a poursuivi en disant qu'il roulait doucement. C'est alors qu'une fourgonnette blanche est arrivée derrière son véhicule en le klaxonnant et le forçant à s'arrêter.

«Quand le chauffeur du van est sorti de son véhicule, c'était un policier de la SQ en uniforme. Je suis allé le voir en expliquant le drame de Thurso, pensant qu'il était au courant», a dit Stéphane Marquis.

«La seule chose qu'il m'a dit c'est, "là tu vas te calmer", je lui ai répondu que je ne me calmerai pas, que ça faisait trois heures qu'il y avait deux petits bébés dans le feu et ma petite fille à l'hôpital brûlée», a-t-il continué.

Une altercation s'en est suivie entre les deux hommes. «Ma femme criait, alors je me suis calmé. Mais jamais, les agents ne m'ont demandé si j'étais en état de conduire. Ils étaient deux policiers, au lieu qu'un des deux nous amènent à Hull, ils sont repartis dans leur véhicule comme ci de rien n'était», s'est désolé M. Marquis.

Policiers pas en service

Arrivé à l'hôpital, il s'est ouvert de cet évènement à un enquêteur qui lui a donné le numéro de la sergente de la SQ, Mélanie Larouche.

«Mme Larouche était un peu abasourdie de cette histoire. Elle a été très humaine. Elle a fait son enquête et m'a rappelé pour me dire que les policiers n'étaient pas en service quand ils nous ont arrêtés, qu'ils se rendaient à une formation», a précisé Stéphane Marquis.

Par la suite, il a été en communication avec la SQ à plusieurs reprises sur le sujet qui lui a confirmé que le policier avait confirmé sa version des faits.

M. Marquis a demandé des excuses du policier et a déposé une plainte en déontologie policière contre lui, car «on veut juste qu'une situation comme ça ne se répète pas», a-t-il conclu.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.