/regional/montreal/montreal

Combat de bouchers

Gastronomie

Agnès Chapsal

Deux équipes de bouchers se sont affrontées en découpant chacune un agneau de Gaspésie nourri aux algues, à Montréal, mercredi. Une façon insolite de promouvoir une profession qui a souvent mauvaise réputation.

D'un côté Paul Tamborini a fait équipe avec Alexis Bissonnette de l'épicerie Latina pour représenter le Québec, de l'autre Yves-Marie Le Bourdonnec s'est associé à Vincent Voisin et Marie-Flore Kerrel pour représenter la France.

Plus d'une demi-heure après le top départ, M. Le Bourdonnec a annoncé avoir préparé son agneau «à la parisienne», en ayant extrait de l'animal deux gigots, une selle, un Tartare, des côtes et des brochettes de rognons.

Quelques minutes plus tard, M. Tamborini a présenté deux gigots, des jarrets et des mignonnettes. «On ne peut pas ne pas être satisfaite de cette découpe», a déclaré Manon Lelièvre, la fermière qui a fourni les deux agneaux.

Le combat organisé par l'épicerie Latina, sur la rue Saint-Viateur, n'a donné ni vainqueur ni vaincu, mais a fait la promotion de la profession qui fait face à de nouveaux défis.

«J'ai créé le mouvement I love bidoche pour fédérer les bouchers partout à travers le monde, a raconté M. Le Bourdonnec, très apprécié dans l'Hexagone et qui prône une consommation régulée de la viande. On ne sera jamais des végétariens, mais des carnivores raisonnés».

M. Tamborini a regretté pour sa part que les gens mangent de moins en moins de viande achetée à la boucherie.