/news/homepage

«Ça n'a pas de bon sens», dit Bernard Drainville

Accommodement pour une fête juive

Le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville, s'est opposé mercredi à toute modification des règles de stationnement pour accommoder des communautés religieuses.

«C'est un accommodement qui n'est pas nécessaire. On ne peut pas commencer à avoir des règles de signalisation routière selon les religions, ça n'a pas de bon sens, parce que là, on n'en finira plus», a réagi M. Drainville, mercredi, à l'entrée du caucus péquiste.

Le ministre commentait la demande de la communauté juive de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal, visant à modifier les interdictions de stationnement de certaines rues durant la fête religieuse du Chavouot.

Selon ce que TVA Nouvelles a appris, des cols bleus de l'arrondissement, qui s'occupaient du colmatage des nids-de-poule, ont été réaffectés au camouflage de panneaux de signalisation interdisant le stationnement durant certaines heures, le mercredi.

Ces interdictions visent à permettre le balayage des rues. Or, comme la fête de Chavouot interdit la production d'énergie, les membres de la communauté juive soutiennent qu'ils ne peuvent déplacer leur voiture pour se conformer à la réglementation.

Bernard Drainville a indiqué que tous les Québécois devaient respecter les règles de signalisation routière, peu importe la religion à laquelle ils adhèrent.

Il a ajouté que l'interdiction de stationner ne constituait pas une discrimination et que, par conséquent, il n'y avait pas lieu d'accommoder la communauté juive.

Dans la même catégorie