/regional/montreal/montreal

Géolocaliser les frênes

Agrile du frêne

Les Montréalais pourront géolocaliser leurs arbres grâce à une nouvelle application. C'est une des mesures demandées par la Ville, qui veut renforcer la lutte contre l'agrile, un coléoptère vert métallique qui décime les frênes.

«Il y a un nombre énorme de frênes qui sont sur des terrains privés auxquels la Ville n'a pas accès, a précisé Christian G. Dubois, responsable de la sécurité publique et des services aux citoyens. On demande aux gens qui ont des frênes des les identifier et, surtout, avec l'application «Branché», de les géopositionner».

Reliée à la base de données de la Ville de Montréal, cette application, disponible sur le portail de la Ville peut identifier in situ plus de 200 000 arbres. Elle permet de laisser des messages concernant un arbre en particulier et de signaler les frênes infestés. Si un propriétaire suspecte la présence du parasite, il est recommandé d'appeler son arrondissement «pour faire faire des tests», selon M. Dubois.

Concernant le financement du traitement sur un terrain privé, il pourrait relever du propriétaire.
Or, le coût de l'abattage d'un arbre s'élève à 1000$, selon Anthony Daniel conseiller en planification. «Le coût du biopesticide varie de 550 à 570$ au litre», a assuré Étienne Papineau, spécialiste technique à BioForest Technologies Inc., l'entreprise de distribution du biopesticide TreeAzin, utilisé par la Ville. Cinq traitements tous les deux ans sur une période de dix ans sont recommandés et cela représente 90$ en insecticide pour deux ans. Ce montant exclut le coût de l'intervention des professionnels en arboriculture.

Dépôt de branches

Les Montréalais peuvent aussi participer à cette lutte en déposant leurs branches de feuillus à part des autres résidus verts, et ce jusqu'au 30 novembre. Les branches doivent être rassemblées en paquets et déposées en bordure de rue. Il faut ensuite prévenir son arrondissement en appelant le 311.

Bilan

«En 2012, sept nouveaux foyers d'infestation ont été découverts, a annoncé Josée Duplessis, responsable du développement durable, de l'environnement, des grands parcs et des espaces verts à la Ville de Montréal. À ce jour, on dénombre 13 foyers d'infestation à Montréal. «Environ 1100 frênes ont été traités et seulement 35 frênes publics infestés ont été abattus pour tout le territoire montréalais», a-t-elle poursuivi.

La Ville a investi 1,4 million $ en 2012 et 1,8 million $ depuis 2009.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.