/news/homepage

L'une des 100 plantes les plus nocives au monde présente au Québec

Berges du Saint-Laurent

L'une des 100 plantes les plus nocives au monde, la renouée du Japon, importune grandement des citoyens de Saint-Sulpice, dans Lanaudière, qui résident sur le chemin du Bord de l'eau.

On en retrouve plusieurs présentement sur les berges du fleuve Saint-Laurent à la hauteur de Saint-Sulpice ainsi que sur des terrains de résidents du chemin du Bord de l'eau.

«La renouée japonaise figure parmi les 100 pires plantes de la planète. C'est une plante à problème. C'est envahissant et ses tiges souterraines libèrent une toxine qui empêche l'établissement d'autres végétaux», a affirmé David-Dan Laterreur, copropriétaire de la Pépinière du Vieux Moulin à Repentigny, pour donner un avis scientifique sur cette plante.

«Je coupe cette plante à tous les deux jours sur mon terrain avec une pelle pour déraciner. Si on ne fait rien d'ici deux ou trois ans, tout le bord de l'eau va être infesté», a pour sa part affirmé Pierre Imbeault, un citoyen du chemin du Bord de l'eau, qui a pris la parole pour les citoyens du secteur.

Selon M. Latterreur de la Pépinière du Vieux Moulin, il peut prendre jusqu'à deux ans pour se débarrasser de cette plante.

«Pour l'épuiser, il faut la couper à ras le sol toutes les semaines de l'été pendant un an. L'année après, lorsqu'on recommence à couper, le plant va s'épuiser rapidement parce que la tige va être épuisée», a ajouté M. Laterreur.

«On a demandé à la Ville de nous aider à enrayer cette plante, mais pour l'instant, je ne sens pas que ça va se faire», a aussi ajouté M. Imbeault.

De son côté, la Ville de Saint-Sulpice a convenu que les membres du conseil municipal discuteront de cette problématique lors du prochain comité de travail.

Par ailleurs, le Comité ZIP des Seigneuries, un organisme voué à la protection des ressources et usages liés au fleuve Saint-Laurent basé à Saint-Sulpice, a envoyé une lettre aux résidents pour dire que la renouée japonaise nuit à la stabilité des sols et engendre une diminution notable de la biodiversité.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.